Suite Un jour d'octobre...

.........

"Bravo, sac à merde " me dit Maîtresse Sylvie

 

Maîtresse Sylvie prenait de plus en plus d'assurance. Elle m'enleva les pinces et une nouvelle fois mes tétons furent martyrisés. Ils devenaient extrêmement sensibles.

Le 6ème récit fut récité de nouveau sans aucune erreur de ma part. De nouveaux applaudissements en ma faveur eurent lieu.

Ensuite, Maîtresse dit :

 

"sam, attends nous, nous allons dans le salon pour nous rafraîchir, nous n'en avons pas pour longtemps."

 

Elles s'en allèrent. Quelques instants après je les entendis rire vivement. Elles revinrent.

 

" Bon reprenons, sam "

 

Elles se positionnèrent à nouveau devant moi assises sur la table. Maîtresse m'enleva sèchement les pinces  de mes tétons ce qui provoqua un cri de douleur  et un rire de mes 2 Maîtresses. Leurs doigts magiques s'occupèrent de leur massage particulier.

 

"Nous t'écoutons attentivement " me dit Maîtresse après avoir remis les pinces en place.

 Le 7ème récit commença. Tout en récitant, je regardais les 2 belles femmes qui se trouvaient devant moi.

Soudainement, en même temps, elles croisèrent leurs jambes. Je m'aperçus tout de suite que leurs petites culottes avaient disparues.

Je devais vraiment être entrain de rêver ….

 

Cela me rappela le film Basic instinct quand la belle Sharon stone décroise ses jambes  sans culotte devant les policiers.

Cela me fit le même effet, ne m'y attendant pas, je fus fortement troublé et interrompit ma leçon

 

" Alors, que t'arrive t'il, sam " s'exclama Maîtresse

 

Les chipies connaissaient parfaitement la raison de mon émoi.

 

Tout en rigolant toutes les deux " Elle ne te plaît pas cette surprise ? "

"Si Maîtresse mais vous m'avez troublé "

"Pourtant nous t'avions bien dit que nous allions nous rafraîchir "

 

Je venais de comprendre la raison de leur rire quand elles m'avaient laissé seul.

 

" Reprends ta leçon "

 

Quelques secondes passèrent sans que je puisse me concentrer.

 

" Dis donc, sac à merde, aurais tu un trou de mémoire, par hasard?

" Oui, Maîtresse car vous m'avez déconcentré "

D'un air réjoui " Sylvie, regarde donc ce que prévoit le règlement pour un trou de mémoire "

 

Après quelques secondes...

"40 coups!!! "

"Tu entends , sam "

"Je ne suis pas sourd "

 

Une gifle retentissante s'abattit sur ma joue droite et la donneuse me dit :

"C'est comme ça que tu t'adresses à mon amie!!! "

 

L'amie de Maîtresse, quelle assurance, me dis-je.

 

"Ce sera  donc 10 coups de plus, sale merde "

« Merci, Maîtresse »

"Cela me paraît une bonne décision."

 

L'amie de Maîtresse prenait de plus en plus de plaisir et cela se voyait.

 

"50 coups, cela fait 25 chacune, qu'en penses-tu Sylvie? "

"On va pouvoir s'amuser toutes les deux."

 

"C'était une bonne idée d'enlever nos culottes, nous avons réussi à te déconcentrer, c'était notre but."

"Merci, Maîtresse, de cette bonne idée."

"Et le plus amusant c'est qu'il va se prendre une sacrée dérouillée à cause de nous "

"Oui, Sylvie car on ne va pas ménager nos coups"

"Cela va être un plaisir "

 

Bien sûr, cette situation m'excitait mais je redoutais tout de même ce qui allait suivre car depuis le matin mon dos et mes fesses avaient été mis à rudes épreuves.

Elles se levèrent de la table et se saisirent chacune d'une trique.

 

"Celle là me paraît bien" dit Maîtresse Sylvie

"Tu as pris la plus redoutable.

Je n'en menais pas large

 

"Combien de coups, sam."

"40 coups pour le trou de mémoire et 10 coups pour avoir été insolent envers vous, Maîtresse, soit 50 coups "

" Comme il a été insolent envers toi, il me paraît juste que ce soit toi qui lui inflige les 10 derniers coups "

"Oui, tu as raison, Sylvie"

" Prêt, sac à merde "

" Oui, Maîtresse "

 

Elle frappait aussi fort que le matin. Elle commença sa série par mon dos. Je devais dire merci à chaque coup. Le 8ème coup fut  si violent que je poussais un cri et j'oubliais de lui dire merci.

 

" Il ne t'a pas dit, Merci "

 

Quelle petite garce cette Maîtresse Sylvie  ….

 

" Oui, tu as raison le coup est donc annulé "

 

Au 10ème coup (enfin le 11ème), Maîtresse passa le relai à son amie. Sachant que Maîtresse avait dit qu'elle avait pris la trique la plus redoutable, je craignais le pire.  Dès le 1er coup, je sursautais vivement. Ce n'est pas possible ce n'est pas une débutante, me dis-je

Elle s'arrêta, elle aussi, au 10ème coup. Bien sûr dans mon intérêt, je n'avais pas oublié une seule fois de dire " Merci Maîtresse Sylvie "

 

" C'est un plaisir de fouetter ce chien "

" Oui, c'est très divertissant" fut la réplique de Maîtresse.

 

Maîtresse reprit la main pour 10 nouveaux coups sur mon dos.

Cette fois c'est son amie qui comptait les coups et au 5ème, Maîtresse s'écria :

 

" Tu comptes ameuter tout le quartier ??"

" Sylvie, mets lui le baillon afin d'étouffer ses cris."

 

Son amie obtempéra. Cela eut le mérite de me permettre de reprendre un peu mon souffle.

Elle reprit sa badine…

 

"Ceux là sont pour ton insolence envers moi, sale chien ".

 

Enfin, elle s'arrêta au 20ème et dit :

 

" Je te laisse finir, Sylvie "

 

Il me restait 10 coups à recevoir, enfin pour cette fois ci....

Cette fois, Maîtresse Sylvie frappait autant mes fesses que mon dos. Cela devenait insupportable. Et dire que la chienne peut encaisser 100 coups de suite sans s'évanouir !!!!!

Il doit prendre des pilules anti douleurs!!!!

 

Enfin cette série de 50 coups se termina.

Après une nouvelle distraction sur mes tétons, je repris le 7ème récit depuis le début. Cette fois il fut récité sans aucune erreur de ma part

 

" Bravo, sam" me dirent elles en cœur.

 

Quel soulagement, un sans faute me permettait de récupérer de mes souffrances précédentes.

Alors que j'allais commencer le 8ème récit.....

 

" Dring, dring " venant de Maîtresse Sylvie

" Mon pauvre sam, je crois que tu as encore fait une erreur

" Oui, il a oublié 2 mots"

 

Cette fois ci, c'est Maîtresse qui regarda le règlement pour cette erreur.

 

" Mon pauvre petit sam, 2 mots oubliés, 20 coups "

 

Mince, mince mince. Je me mis une nouvelle fois en position sans oser protester. A quoi cela aurait-il servi, du reste!!!!

Une nouvelle fois, elles se partageaient ce plaisir.

A la fin de cette série qui se déroula avec beaucoup de gémissements et de gigotements dans tous les sens, Maîtresse Sylvie s'exclama :

 

" Quel beau cul ensanglanté!!!! "

" En effet et tu as vu son dos!!! "

" En plus, ce n'est peut-être pas fini!!! "

" A moins qu'il ne fasse plus d'erreur. Il doit recommencer le 8ème récit et il lui en restera 2 après "

 

Elles n’avaient aucune pitié pour moi. Je savais ce qu'il me restait à faire si je voulais protéger mes fesses et mon dos d'une nouvelle tornade de coups.

Mes tétons étaient très fragilisés car avant chaque reprise, elles n'oubliaient pas de s'amuser comme des folles avec eux.

 

" Concentre toi si tu ne veux pas aggraver ta situation "

 

Décidément, Maîtresse avait une  amie qui prenant vraiment de l'assurance.

Aucune erreur dans le 8ème récit recommencé depuis le début. Plus que deux et mon calvaire serait fini. C'est avec un grand plaisir que j'accueillais leurs félicitations. Mes tétons ayant été mis encore une fois à l'épreuve et les pinces remisent sur eux, je commençais le  9ème récit. Je faisais très attention, je m'interdisais de m'égarer dans des pensées qui m'auraient fait trébucher

J'arrivais à la fin, la dernière phrase....

 

" Dring, dring, dring , dring , dring !!!! "

 

Mince, qu'avais-je pu dire ou oublier de dire si près de la fin…

 

" Aie aie aie " s'exclama à son tour Maîtresse avant d'entendre Maîtresse Sylvie

" sac à merde, tu as dit dans la dernière phrase : " j'ai perdu mes repères, je ne suis rien à ses yeux " Tu as oublié " Je lui appartiens "

Maitresse s'empressa de dire " Cela fait 3 mots, sam "

 

Son amie consulta  le règlement et me dit :

 

"Tu vas encore dérouiller, 3 mots oubliés, 30 coups "

Aussitôt, je m'empressais de dire " Pitié, Maîtresse, pouvez-vous m'accorder une pause ?"

 

Je n'en pouvais plus, il fallait que je récupère un peu.

Elle regarda son amie et lui dit " Qu'est ce que tu en penses, Sylvie? "

" Je ne suis pas pris par le temps donc je pense que l'on peut lui accorder cette pause "

" Merci, Maîtresses " J'employais le pluriel

" Tu ne connais pas ma cave, on pourrait y aller avec cet idiot."

"Oui, très bonne idée."

" Qu'est-ce que tu en penses, sac à merde? "

" Maîtresse fera comme il lui plaira, je n'ai rien à dire."

 

 Maîtresse me sourit.

 

Je l'avais presque oublié. Une fois sur le palier, j'appelais l'ascenseur. J'ouvris la porte et invitais mes Maîtresses à entrer dans l'ascenseur.

 

" Merci, sam, toi tu descends à pieds, les chiens n'ont pas leur place dans un ascenseur."

 

Chipies, de vraies chipies, me dis-je.

Maîtresse prit tout de même mes affaires.

 

"Dépêche toi, qu'on n’est pas à t'attendre en bas "

 

Aussitôt, je dévalais les escaliers à toute vitesse. A chaque étage, je les voyais dans l'ascenseur. Je les entendais rire de bon cœur.

 

"Plus vite, sam " dit Maîtresse Sylvie.

 

J'arrivais en bas tout essouflé, juste avant elles pour leur ouvrir la porte.

 

"C'est bien, sam, tu es un bon chien"

"Oui, tu nous a bien faire rire "

"Je sais e Maîtresse, je vous ai entendues. "

 

Maîtresse ouvrit la porte de la cave et dit à son amie.

 

"Fais attention, Sylvie, baisse la tête, car une fois, cet idiot a failli s'assommer."

 

Effectivement, je m'en souvenais fort bien. Je les suivis. Maîtresse ouvrit la porte du cachot.

 

" Voilà mes oubliettes "

" Dépêche toi de te mettre nu."

Je m’exécutais.

 

"Debout face au mur "

 

Maîtresse m'attacha en croix grâce aux crochets qu'elle avait fait mettre sur le mur. Je me retrouvais sans aucune défense possible.

Sur le mur, il y avait toutes sortes d'instruments pouvant servir au dressage de chiens comme moi.

 

" Te voilà prêt à recevoir 30 coups de triques"

" Tu ne le baillonnes pas ? "

" Tu as raison, ses gémissements de chochotte seront ainsi étouffés"

 

Maîtresse continuait de m'humilier devant son amie. Il faut dire que j'aimais ça.

 

" Tu commences ou je commence ? "

 

« A toi l’honneur.  15 coups chacune»

 

" Parfait. »

 

Maîtresse se saisit d'une badine.

 

"Regarde, sam, comme elle est belle, celle là "

 

Maîtresse s'amusait à me torturer l'esprit, c'était vraiment une belle garce mais je l'aimais tant!!!!

 

Aussitôt que je fis un signe positif de la tête, le 1er coup s'abattit sur mon dos. Maîtresse n'avait pas perdu la main. Maîtresse Sylvie comptait les coups. Plus les coups tombaient et plus je gigotais dans tous les sens sans pouvoir esquiver.

 

" C'est mérité sam quand on ne connaît pas bien sa leçon, on est puni."

 

Et bien sûr, Maîtresse Sylvie me dit cela sur un ton très ironique.

Les 2 derniers coups furent encore plus violents. Maîtresse faisait sa sadique.

 

" Il ne me reste plus beaucoup de place !!! "

" Il te reste encore quelques petits coins "

 

Elle fouettait maintenant pratiquement aussi fort que Maîtresse. Je craignais fortement les 2 derniers coups. J'avais raison de les craindre. Elle copiait parfaitement Maîtresse.

La série se terminait avec soulagement.

Maîtresse m'enleva le baillon.

 

" Merci mes Maîtresses de m'avoir puni."

" Il me semble qu'il te reste à nous réciter 2 fois ta leçon."

 

« Nous allons te laisser récupérer le temps que nous allions voir un film au cinéma. »

Et Maîtresse Sylvie d'ajouter :

 

"Effectivement , vu l'état de ses fesses et son dos, cela va lui faire du bien de récupérer et peut-être ne fera t'il plus d'erreur à notre retour "

" Maîtresse peut-elle me détacher pendant cette longue absence? "

" Et puis quoi encore " s'écria son amie

" Je crois que mon amie n’est pas d’accord. »

 

Mais quelle petite peste me dis-je tout bas une nouvelle fois.

 

"On ne va pas le laisser ainsi sans lui remettre les pinces sur ses tétons."

Et cela continuait!!!!

Sadiquement, Maîtresse Sylvie me remit les pinces.

"Il est temps de le laisser tranquille."

 

Quelques secondes après

 

Un nouveau coup d'une rare violence venait d'atterrir sur mes fesses.

" Voilà pour avoir oublié de dire merci »

" Merci, Maîtresse."

" Tu vois ce n'est pas compliqué d'être poli "

"Oui, Maîtresse "

"Nous reviendrons vers 18h, tâche de bien réviser car la chienne doit venir passer la nuit dans ce cachot"

Alors que Maîtresse sortait :

"Repose toi bien, sac à merde "

"Oui, Maîtresse Sylvie."

 

Et elles me laissèrent ainsi seul dans le noir le plus complet. J'allais devoir attendre 2 à 3 h. J’étais perdu… L’avais-je rêvé ou était-ce vrai ?

J’étais bien à la cave, mais je ne savais plus si j’avais rêvé Maitresse Sylvie ou si elle avait assisté Maitresse.

J’étais debout , les jambes et les bras en croix, le nez collé sur le mur. Très vite,  mes mains  se sont engourdies, les pinces continuant de me mordre atrocement les tétons. Le temps s'écoulait lentement, tellement lentement. Pour m'occuper et oublier un peu mes souffrances, je récitais tout haut ma leçon. Il fallait que je sois parfait à leur retour, sinon...

Au bout d'un moment, je me dis mais que font-elles, m'ont-elles oublié? J'avais une grosse envie de faire pipi. Je me retenais sachant que Maîtresse m'aurait puni sévèrement pour avoir souillé le sol de son cachot.

 

Enfin j'entendis la porte de la cave s'ouvrir. Mais était-ce Maîtresse et son amie ? Je n’entendais pas grand chose, des pas feutrées….

La porte s’ouvrit, c’était Maitresse, elle était seule….

 

« Tout va bien sac à merde? »

" J'ai les mains engourdies et les pinces sur mes tétons font atrocement mal, Maîtresse "

« Vous avez passé un bon moment Maitresse ? Avez vous aimé le film ? »

 

« Que me racontes tu sam ? de quel film parles tu ? je ne suis pas allée au cinéma. Tu as perdu le fil… »

 

J’étais chamboulé, je ne devenais pas fou tout de même, je n’avais pas imaginé cet après-midi, fantasmé la correction avec 2 belles maitresses… je ne comprenais plus.

 

Maîtresse me détacha.

 

" A genoux."

 

Quel soulagement de pouvoir bouger mes bras et mes jambes.

Maitresse me retira les pinces en même temps et je me mis à gémir de douleur.

 

" Qu'est-ce que tu peux être douillet!!! la chienne a raison, tu es vraiment une chochotte !!!"

 

" Bon, j'ai une surprise inattendue."

 

Qu'est-ce que Maîtresse avait encore inventé?"

" J'ai reçu un message de la chienne. Il ne peut pas venir passer la nuit dans au cachot. Tu vas donc le remplacer, cela va te permettre de récupérer plus longuement »

 

Quelle surprise, je ne m'attendais pas du tout à cela. Machinalement sans savoir pourquoi je dis

 

"Merci, Maîtresse" et d'ajouter " Maîtresse, je n'ai rien mangé depuis 5h du matin"

" Où est le problème, sam, fin juillet tu n'as pas mangé pendant 3 jours et 3 nuits "

" Cela ne te fera pas de mal."

"As-tu envie de faire pipi, sam"

"Oui, maîtresse, une grosse envie"

 

Elle me donna une bouteille en plastique vide et un petit entonnoir.

 

Je m'exécutais et Maitresse ajouta :

« Puisque tu as faim, cale toi en buvant le contenu de cette bouteille. »

 

Quelle nouvelle humiliation!!!!

 

" Dépêche toi, sam "

 

Je bus avec dégout, je dois bien l’avouer.

 

« Tu réciteras la fin de ta leçon demain, tu auras la nuit pour réviser. »

 

Mince, c’était vrai… cette fois je ne rêvais pas, Maitresse allait bien m’enfermer pour la nuit, seul, sur son sol dur…. Je ne m’étais pas préparé à cela.

Et me  voilà enfermé pour la nuit….

 

La chienne ne m'avait rien épargné. Par sa faute, je n'allais pas pouvoir respirer le bon air de la rue, manger, me reposer…

 

"Rassemble tes affaires dans ce sac  car je te veux tout nu pour passer la nuit"

 

Elle ferma la porte me laissant dans le noir complet avec juste une couverture et une bouteille vide pour mes boissons enfin si on peut dire.....

Ma nuit fût agitée, souvent réveillé par des envies pressantes. Ce fut interminable d'autant plus que Maîtresse est  redescendue à....15h00 !!!!

 

" Mince, je t'ai oublié, sam "

" Bonjour, Maîtresse "

" Dans 10 minutes, si tu es capable de réciter 2 fois ta leçon sans erreur, tu seras libre"

"J'espère, Maîtresse "

" Sinon, comme tu as eu du temps pour récupérer, je n'hésiterai pas à me servir d'une badine, tu le sais "

"Oui, parfaitement Maîtresse"

 

Par bonheur, je ne fis aucune faute.

 

" Et bien  tu vois quand tu veux sam!!!! " Elle me dit cela en m'applaudissant

"Merci, Maîtresse "

"Rhabiller, j'ai descendu tes affaires."

"Merci, Maîtresse "

"Juste un dernier service, tu vas sortir Becky, je n'ai pas eu le temps de le faire. »

"Très bien Maîtresse, c'est un plaisir pour moi de vous rendre service "

"Parfait "

 

Mon séjour chez Maîtresse finissait comme il avait commencé, c'est à dire par la promenade de Becky, ce qui me permit de me délasser un peu les jambes.

Une fois, dans le parking pour récupérer ma voiture, je fis ce texto :

 

" Merci beaucoup, Maîtresse, pour la journée d'hier et cette très longue nuit inattendue. Vous avez été parfaite. Vous direz Merci à la chienne pour sa compagnie du matin. Et à Maitresse Sylvie. »

 

« Qui ?  De qui me parles tu depuis hier, sam ? tu as halluciné ou quoi ? »

 

J’étais heureux de ce long moment aux pieds de Maitresse. J’avais vécu un rêve, mon rêve….

 

Et voilà chers soumis et futurs soumis de la belle Maîtresse Angie.

A tous les soumis qui n'ont pas encore franchi le pas, dépêchez vous…..

 

                                                         sac à merde