Ma convocation

 

Chère Maîtresse Angie,

 

Voici la narration de ma convocation auprès de Mademoiselle.

 

Quatrième séance de mon éducation, ce temps qui appartient à la création de mon amoureuse, de son double en connivence avec la grandeur de Maîtresse Angie. Séance avec une nouvelle expérience, car aujourd'hui quand je rentrerai mon amoureuse sera là, je sais déjà que la séance aura un prolongement que ma demandé Chipie mais lequel?

 

Si de façon physique, j'ai croisé le regard ce mardi soir de Mademoiselle, le rendez vous avait démarré voila un mois quand j'ai reçu par sms ma date et mon heure de convocation avec l'ordre d'envoyer, pour le réveil de mes deux Maîtresses, une maxime.

 

Chaque matin, les mots me venaient comme le plaisir d'un bonbon  délicieux et amer, et la question de qu'est-ce qu'elle va faire de tous ces mots banals que je lui ai déposé à son honneur?

 

Quand approchait l'instant fantasmé de mon éducation, de nouvelles consignes et Chipie reprend la maîtrise de mon trou, de mon esthétique. Une gymnastique plein d'entrain de mélange humiliant, et de gratification, de sentir la montée de la sève de nos retrouvailles. 

 

La cloche sonne, comme toujours le voyage pour arriver aux pieds de Chipie me ferait écrire un roman si j'en avais le talent, un roman ou j'imagine qu'elle va me travestir, me marcher dessus, me gifler, m'attacher, me torturer de chatouille, ne pas être seul en tête à tête avec elle... Mais comme elle le dit, je suis son idiote et une chose inutile alors pourquoi imaginer notre entrevue, je sais que c'est elle qui ne fera que ce qu'elle désire.

 

Il est l'heure je préviens Maîtresse, je passe la porte, Elle est là, comme une libération son regard viens glisser sur ma condition de soumis. Prendre sa main, lui faire le baise main et déjà je suis sa chose pleine d'honneur de devenir son jouet, et je glorifie Maîtresse joSéphine de sa mansuétude.

 

Je me présente à elle encagé et remplis et soulagé de tous mes bouts de tissus, elle est  assise comme une reine sur le canapé.

 

Immédiatement elle m'indique le coin, et débute le confessionnal. Qu'est ce que j'ai fait qui de mal par rapport à Maîtresse joSéphine et mon amoureuse?

Je me trouve comme un vilain petit garçon que je suis, humilié de devoir dire la vérité, chose qui m'a toujours été si difficile à faire. J'ose dire que j'ai regardé la conversation de courriel entre mes deux Maîtresses, (j'imagine le pire pour mes fesses, voir pour mon ego de la part de Chipie), mais contre toute attente elle me fait juste un rappel de ne pas chercher à savoir ce qu'elle se raconte, elle continue à me poser des questions sur mon comportement, et je me souviens de l'agacement que me montrait mon amoureuse au moment de l'envoie matinal du sms à votre grandeur, puis elle me redemande d'autres fautes, et là, je lui parle (je ne lui ai pas dit d'où cela me venait) d'un extrait de la conversation vu sur l'ordinateur, mon amoureuse a mal vécu le cadeau que Maîtresse joSéphine m'avait demander de lui faire lors de ma dernière assignation. 

 

Elle me libère de mon coin, m'inspecte pour voir si j'ai bien appliqué ses instructions, elle me félicite pour avoir posé un vernis rouge sur mes orteils.

 

Il n'y a pas eu encore un seul moment de torture physique mais Maîtresse Angie m'a déjà transformé en petite lopette abandonnant toute résistance à ses affres enjoué.

 

A partir de ce moment, elle me demande de me présenter face à elle, et pendant un temps suspendu, elle me tortura mon corps avec une justesse, une grâce, une sensualité, une délicieuse perversité. Elle me fait espérer d'être, à chaque fois que je suis sous ses coups, ses pinces, ses supplices, plus dignes et pouvant supporter plus d'intensité dans ces jeux pour qu'elle puisse s'inventer de nouveau jeu pour que je souffre pour elle

 

Quand je suis devant elle, elle assise sur le canapé, les jambes écarté, sa chose calé entre elle joue avec mes tétons comme un rituel, mais elle m'offre une persécution supplémentaire en se jouant de sa sensualité car tout en me triturant avec art les seins, elle s'approche pour que mon visage soit juste entre ses seins, les frolants, ils sont si proches et si interdits. Elle pousse ce moment délicieux en me susurrant ses mots à l'oreille. L'instant est merveilleux. Quand mes bouts sont prêts, pour j'imagine qu'elle les écrases plus tard elle exige de m'installer sur le fauteuil pour lui présenter mon petit cul.

 

J'ai l'honneur d'être son sujet d’expérimentation pour un nouveau jouet offert par un autre soumis, le scorpion. 

C'est sur, il pique, il mord, il pince et comme une Chipie elle ne peut pas abandonner sa badine, son fétiche à elle.

 

Puis viens le moment de l'inspection de mon cul qu'elle m'a demandé de travailler depuis une semaine en portant par moment mon rosebud.

Elle va se jouer avec ses doigts, comme pour continuer la couleur de notre entrevue, sa sensualité. Et la encore elle est une Reine, je suis soustrait à la réalité pour être sur le nuage de son univers.  Quand elle en a fini elle me remet mon bijou.

 

Je vais m'occuper des ses pieds pour un massage pour qu'elle se détende de tous les affres que ses soumis lui font vivre. Et quand je dois lui enlever son bas, le trouble est en moi. Mademoiselle est envoûtante.

 

Et c'est après ce moment de détente, elle revient comme je l'avais imaginé à son jeu préféré, les tétons. Elle me glisse que aujourd'hui ma petite chose ne vas pas être libérer, ce châtiment exacerbe mon excitation. Elle en profite pour parfaire le scénario de mon retour auprès de mon amoureuse, et comme une surprise elle me demande de m'allonger devant elle.

 

Que vais je devenir, a quoi vais je servir, maintenant que je sais qu'elle ne va pas libérer ma nouille?

En toute simplicité elle continue a malaxer mes tétons pour m'emmener là ou jamais elle ne les avait amené. Dans le même temps, elle ne lâche pas son obstination, elle me fait vivre la torture de la sensualité, en me donnant la chance de pouvoir regarder sous sa jupe.  Il m'est difficile de trouver des mots pour décrire ce que ce moment a été, imaginez vous, la nouille puni, les tétons puni, et mon regard aguiché mais puni.....

 

Elle a su créer avec des choses si simple une immense torture, ou j'ai pu être envahie d'image, de plaisir, de douleur sans limite.

 

Malheureusement le temps se rappelle a moi, je dois partir et comme une dernière sensuelle torture elle me laisse lui baiser plusieurs fois sa main en me disant qu'elle aimerait continuer de jouer avec moi, que la prochaine fois elle me demandera peut-être de lui préparer à manger.

 

 Je me retrouve dans la rue sur le chemin du retour, avec le scénario que je dois mettre en place pour retrouver mon amoureuse.

Et j'ai comme un éclair une nouvelle idée, ou je me met en situation pour que la séance continue. J'envoie un sms à Maîtresse Angie, elle ne me répondra jamais, me laissera dans l'indifférence, qu'elle Chipie merveilleuse, me laissé dans l'embarras de choisir ce qui ferait le plus plaisir à mon amoureuse.

 

Quand je me retrouve à la maison, je mets en place mon scénario, mon amoureuse et moi ayant vécu ensemble un extraordinaire moment de partage. 

 

Merci à mes deux Maîtresses.

 

Jouet bertrand