Rencontre Octobre

 

Ma journée va donc être tenaillée par l'attente de notre rendez-vous que j’attends avec tellement d’impatience. Cela commence dès mon lever, où Vous m'intimer d'avoir le plaisir de porter mon plug jusqu’à notre entrevue, puis mon amoureuse rêve d'un technicien pour refaire marcher notre machine à laver en string, à la suite j'ai mon rendez-vous pour mon épilation, premier incident mon épilateur annule le rendez vous, je pars à la recherche d'un autre institut mais nous sommes lundi.... Tirailler par le fait d'être le plus présentable à vos sarcasmes tout en sachant que vous m'avez dit de ne plus utiliser autres choses que l'épilation, je fais le choix d'acheter un rasoir. Je me retrouve dans les toilettes d'un café à avoir cette magnifique position de l'humilié qui vit un moment de peur, et qui se demande ce que vous allez lui dire, voire de chercher l'humiliation et la punition de ne pas avoir suivi vos conseils. 

 

Être soumis est si délicieux, se battre avec le désir de faire plaisir de ses Maîtresses, mais se retrouver dans l'embarras de prendre une décision qui va à l'encontre de vos désirs. 

Evidemment, Vous Chipie quand vous l'apprenez, Vous ne me félicitez pas....

 

Vient mon entretien d'embauche.....qui est venu s'ajouter dernièrement. Se montrer sous ses plus atours pour séduire, être désiré, encore cette belle position du soumis?

 

Enfin 16h approche… encore 30 minutes pour venir à Vous, dans ce monde de vitesse, d'agitation pour retrouver….  temps suspendu où je vais déposer les armes, les cuirasses, les défenses et vous déposer ma volonté.

 

C'est l'heure du goûter, avant de vous prévenir, je Vous achète une petite gâterie.

 

Je retrouve Chipie, aujourd'hui Maitresse est habillée de manière sobre, un petit pull cachemire et un pantalon collant… Dès mon arrivée, Elle me passe mon premier savon car avant de la rejoindre, j'avais fumé une cigarette, J’attends une gifle mais elle ne vient pas…. Je me demande ce qu’Elle va faire ou ne pas faire…

 

C'est dénudé que je viens me présenter à Elle… Maitresse est délicatement assise dans le canapé, et dans un premier temps nous faisons le point des relations entre Maitresse, Maîtresse joSéphine, mon Amoureuse et moi. Je me permets de me proposer comme repose pieds pour ce temps d'échanges.

 

Chacun de ses moments d’échange, ou d'intense torture à vos pieds, me font prendre conscience de ma chance d'être un soumis partageant sa vie avec une Amoureuse qui produit tant d'effort pour que je puisse réaliser  ma recherche de vénérer la supériorité de la Femme.

 

Quand nous avons terminé, Madame entame son rituel qu'elle réalise dans l'humour, la perversité, la délicatesse, la perfidie, la sensualité: malaxer, rouler, accaparer mes tétons.

Se savoir fragile, se sentir délicat et se vouloir endurant pour le plus grand des plaisirs de votre Grâce. Vous sentir heureuse de retrouver votre jeu me fait voler au plaisir d'être ce hochet gémissant. Merci Maitresse.

 

Quand ils sont bien dressés, que ma vilaine queue elle aussi vit cette extase, Vous me ramenez à redevenir un morceau de viande blanche que je suis. 

Mon cul présenté subit la badine et le fouet de Votre volonté, qu'il devienne un bas morceau de viande rouge. J'ai honte car j'ai le sentiment de me trémousser comme une petite salope fragile, qui n'arrive pas à supporter les coups délivrés avec créativité, je Vous sens fâché car  vous me rappelez régulièrement de garder ma position. Suis je cette mauviette qui ne pourrait pas aduler votre perversité?

 

J'entends que vous êtes fatiguée, et je vais pouvoir profiter d'un moment de douceur où j'aurai l'honneur de masser chacun de vos pieds. Quel bonheur que de vous voir Vous détendre sous mes doigts que j'espère agiles, et je me souviens des massages que je prodigue à mon amoureuse et me dis que Vous avez cela en commun.

 

C'est alors que vous me regardez avec malice et me dites que nous allons essayer un nouveau jouet. Vous prenez ma nouille Vous l'entourez de lanière reliées à une sorte de joystick. J'imagine que je vais recevoir quelques décharges électriques....

Quel jeu délicieux et drôle Vous me faites subir, les mains sur la tête, je suis devant Vous comme une bite radiocommandée, mené de main de Maîtresse par vos soins sur ce joystick au 7-8-9 programmes.

Je me trémousse avec des tac, des tac tac tac, des couic, des chatouilles avec à la fin un planck....

Vous et je crois, nous avons beaucoup ri de ce moment. J'étais totalement le jouet de votre humour féroce et délicieusement maltraitant.

 

Evidemment entre chacun de ces moments vous revenez à votre délectation, les tétons.

 

La douleur est si grande quand Vous m'annoncez que je vais devoir m'allonger pour libérer ma nouille de sa semence.

Alors je profite de chaque seconde où devant Votre bonté violente je me masturbe, et quand toute la joie d'être à votre service jailli, je lèche comme un don de bonheur ma fragilité.

Jouet Bertrand.