Deuxième épilation

 

Chère Maitresse Angie,

J'ai repris mon compte rendu, j’espère que Vous le trouverez plus stylé et avec des rebondissements. 

 

Aujourd'hui encore une première pour moi, grâce aux ordres de chipie, ou j'aimerai lui trouver un autre nom la représentant, mais ce qualificatif lui va tellement bien.

 

J'avais rendez vous, donc pour un soin des pieds, dans le même institut que celui de mon épilation. Moi, jouet bertrand qui prône la décroissance je me retrouve devant un institut de beauté pour qu'une personne s'occupe de mes petons. L'humiliation est une délectation que Maîtresse Angie manie avec délicatesse.

 

Mais dés la prise de rendez-vous un doute s’immisce en moi, car Maîtresse Angie a été comme d'habitude si claire dans ses ordres, je dois avoir, pour mon amoureuse, les pieds beaux, de mes ongles à mon talon, plus de peau morte, les pieds sensuels, et en même temps,  l'institut est un lieu de plaisir et de détente qui n’est en rien fait pour ma petite personne.

 

Je rentre, derrière le comptoir, l'esthéticienne qui s'était occupée des poils de ma nouille et de mon cul est à l'accueil. Elle pense que je reviens pour refaire ce soin, elle me demande avec un petit sourire si ma présentation a convenu, (se souvient t’elle de notre conversation?), puis elle me dit qu'elle espère que je reviendrai, et avec un plaisir coupable je lui dis oui car je me dois d'être toujours bien présenté à mes instructrices.

Elle avertit un jeune homme, que son soin est arrivé. Et bien voila mes pieds vont être aux mains d'un joli jeune homme, qui semble sans être caricatural gay.

 

Il m'invite à le suivre, me donne deux trois instructions, je m'allonge et j'attends. Une musique d’ascenseur, une lumière tamisée, une douce ambiance, je me détends.

 

Mais je me souviens que Maîtresse Angie m'avait parlé que mes pieds devaient se trouver dans un bain de pieds et là, ce n'est pas le cas. J'entends le rire de Chipie qui me voit dans l'embarras, je suis de plus en plus sûr que je n'aurai pas une pédicure.

 

Il revient, mes pieds n'étant pas propre je m'excuse auprès du jeune homme, il se met à me passer un linge sur la plante des pieds, une torture de chatouilles, il le remarque et me dit que je prends sur moi c'est bien:). Il ne sait pas que cette torture il pourrait, pervers que je suis, en abuser.

 

Puis vient le moment de s’occuper de mes orteils, je balance entre le souvenir du plaisir que j'ai à chérir les pieds de mes Maîtresses, et la sensation de quand Maîtresse Angie maltraite avec délectation mes tétons qui sont si vulnérables.

Mais ce jeune homme n'est pas votre grandeur, alors je plane et je me laisse aller à profiter de l'instant en remerciant Maîtresse Angie.

Je me dis que pour honorer Maitresse, j'oserai demander que mon petit orteil soit vernis de rouge, ainsi cela restera assez discret pour mon travail, mais visible pour mes Maîtresses.

 

 

Un massage termine le soin. Et là, je bondis pour rappeler que j'avais demandé un vernis pour mes ongles, lui « je vous met du vernis incolore ? », moi « oui mais sur le petit est-ce que vous pouvez mettre du rouge ? ». Lui « mais bien sûr ».

 

La pose du  vernis puis d'un produit permettant de le durcir, il me dit que cela doit sécher, il me laisse. Je suis tellement fier de vous servir que je vous envoie un sms avec la photo. Puis allongé, je me laisse aller à la détente pour arriver à m'endormir.

 

Voila 45 min que je suis allongé à vivre une expérience nouvelle, enchanteresse j'ai pris tant de plaisir que je sais maintenant  que la punition sera plus cinglante car ce n'est pas une pédicure, c'est un  moment de plaisir égoïste que je viens de vivre.

 

Mes sandales sont à mes pieds je regarde le petit orteil rouge dissimulé, c'est malgré tout assez sexy et à l'image de la fantaisie de mes Maîtresses.

J'attends le retour de mon amoureuse, qui comme elle sait le faire, me demande quelle est cette petite fantaisie que je me suis permis.

J'attends maintenant la sanction de Maîtresse Angie, et me promets que pour mon prochain agenouillement devant sa grandeur je ferais une vraie pédicure.

 

Jouet Bertrand

 

Chère Maîtresse Angie,

 

Recevoir un ordre de la Chipie, c'est comme recevoir un croissant au beurre, on sait que cela va être délicieux, on sait que cela sera éphémère on sait que c'est le meilleur moment du petit déjeuner alors quand vous me donnez un ordre a appliqué au milieu de la nuit, tout mon attention m'échappe pour attendre l'instant crucial.

 

Il est donc 2h 55 dans la nuit, je me réveille, prépare mon petit cul de chienne, et je fais couler le bibelot dans mon trou.

 

Quel plaisir, je m'abandonne et me pose tant de question sur cet instant, sur pourquoi quand vous me donner un ordre je perds tout libre arbitre, comment faites vous pour attendre tant de jours pour jouer avec vos choses, vos griffes chaque jour s'enfonce un peu plus dans mon être et pourtant je sens mon amour pour la femme de ma vie s'ancre toujours plus, pourquoi quand vous me donnez un ordre je le vis comme un cadeau, alors que quand mon amoureuse m'interdit, me demande quelque chose je réponds toujours non, être fasciné par Vous, est-ce le plaisir de ne jamais avoir accès à votre réalité, toutes ces questions me bercent, allonger et apaiser je retrouve Morphée pour me reposer et savoir que je serais réveillé par ma nouille qui veut toujours me montrer son existence en venant cogner au parois de ma cage. Souffrir, souffrir c'est une jouissance de plaisir.

 

Jouet Bertrand