Webcam

Voici ma 1ère séance webcam avec ma très jolie Maîtresse…

 

Par texto, nous avions convenu du jour et de l’heure précise.

J’avais pris soin de choisir un jour où j’étais seul chez moi afin de ne pas être dérangé en pleine séance. J’avais hâte que ce moment arrive.

Le jour J et l’heure arrivaient enfin.

J’avais installé sur une petite table les divers objets que Maîtresse avait demandés à savoir un plug, des pinces tétons, une règle en métal, un foulard noir, un grand verre, 3 triques et un fouet.

Je me déshabillais entièrement, je déposais mon slip sur la table.

Ayant internet sur ma télévision, j’allais pouvoir profiter de ma Maîtresse sur grand écran. A l’heure exigée, je branchais la webcam et me mis aussitôt à genoux, tête baissée.

Soudainement Maîtresse apparut sur mon grand écran.

 «Bonjour poubelle, je te  félicite pour ton exactitude et ta position pour me recevoir dans ton salon.»

Tout en levant ma tête « Merci, Maîtresse »

Sèchement  «T’ai-je ordonné de lever les yeux sur moi ? »

Je baissais mes yeux sans avoir eu le temps d’apprécier la tenue de Maîtresse.

 

D’une voix douce « D’après toi ton égarement mérite combien de coups de triques? »

Sans réfléchir « 50, Maîtresse »

« Très bien, ce sera donc 100  »

«Merci, Maîtresse »

«Tu peux lever la tête.»

«Vous êtes très belle, Maîtresse. Merci d’avoir mis la tenue que je préfère »

Maîtresse était habillée d’une très jolie robe en vinyl qu’elle porte parfaitement avec de longs gants noirs.

« Je vois que tu as bien mis à disposition les objets qui vont m’être utile, c’est bien, poubelle »

«Merci, Maîtresse.»

«Mets ton plug au chaud. »

Je pris le tube de gel afin d’en mettre à l’entrée de mon trou puis j'exécute l’ordre. Encouragé par Maitresse à me dépêcher le plug trouve sa place après quelques grimaces de douleurs de ma part.

«Mets les pinces sur tes tétons »

Les pinces étaient à chaque bout d’une chaînette. Je savais qu’elles feraient leur effet après un certain temps.

«Enfile ton slip »

Je fus très surpris par cet ordre mais Maîtresse avait sans doute ses raisons.

J’avais choisi un slip blanc afin de faire ressortir mon bronzage intégral.

«tu as déjà fait du cul nu sur une plage petite salope??? »

«Oui Maîtresse, j’ai profité du très beau temps  de la semaine dernière."

«C’est bien poubelle de te présenter devant ta Maîtresse sans aucun poil de la tête aux pieds comme un ver de terre, je te félicite »

«Merci, Maîtresse »

J’adorais la voix que Maîtresse employait.

Parfois douce, parfois moqueuse et parfois très autoritaire pour me donner les ordres mais jamais vulgaire.

«Je suppose que dans la glacière se trouve de magnifiques orties»

«Oui Maîtresse, je les ai cueillies il y a une heure. Elles sont très piquantes »

«Parfait poubelle, j’ai l’intuition que je vais bien m’amuser, tu connais mon côté garce, n’est-ce pas ? »

«Oh que oui, Maîtresse, depuis 9 ans… je sais de quoi vous êtes capable »

«mets la règle carré en métal sur le sol et à coté de la table.»

Je m’exécutais de suite.

«Buste bien droit et mains sur la tête »

«Parfait poubelle, avec le trou bouché par le plug, les genoux sur la règle, les tétons emprisonnés et les mains sur la tête, te voilà en position idéale pour me réciter ta leçon sans aucune erreur»

 

Moi je dirai plutôt une position très inconfortable. Sans vous dire la teneur entière de cette leçon, je vais vous citer le passage qui vous donnera l’explication de mon nom : poubelle

Extrait :

« Je l’ai voulu ce texte, lire et relire ce que je représente. Et voilà, je l’ai sous les yeux, la vérité : UNE MERDE, UNE SOUS MERDE, une carpette, un paillasson, un trou, un sac à merde, Une POUBELLE.

Oui un trou, un vide que je remplis de BOUFFE, c’est tout ce que je suis capable de faire quand Maîtresse ne me surveille pas. Je BOUFFE de la MERDE d’où l’odeur fétide qui se dégage de mon corps quand je viens voir Maîtresse et dont Elle se plaint tout le temps. Elle me l’a déjà expliqué pourtant, bien manger chaque jour, prendre soin de mon corps, de mon intérieur et non pas comme je le fais tout le temps, faire du sport pendant 1 mois et ensuite recommencer à m’empiffrer. Je n’ai aucune volonté, AUCUN RESPECT de moi même, UNE POUBELLE, voilà comment Maîtresse va m’appeler »

 

La leçon entière à réciter devant Maîtresse représente 3 fois cet extrait.

Maîtresse se saisit de la copie de la leçon.

«Tu as intérêt à ne pas te tromper car à chaque erreur tu devras recommencer depuis le début avec une ration de coups selon l’erreur et à chaque sentence tu devras me dire merci, c’est clair poubelle ? »

 «Oui, Maîtresse »

 «Ouvre ta glacière et fais moi voir le contenu »

J’enlevais le couvercle et je penchais la glacière.»

Sur un ton ironique «  Oh la la, il y en a beaucoup, je vais pouvoir faire ma jolie garce et bien m’amuser.»

«Baisse ton slip et remplis le afin de couvrir ton sexe, couilles, pubis, anus et fesses.»

Je plongeais ma main droite dans la glacière afin d’y retirer une quinzaine de branches que je déposais tout doucement sur le devant, le milieu et l’arrière du slip. Ma main était brûlante. Je regardais Maîtresse d’un air craintif.

«Allez poubelle active toi et remonte ton slip »

 

Constatant mon hésitation à obéir elle me dit sèchement «10 coups supplémentaires pour ton hésitation » ce qui provoqua mon obéissance de suite.

Aussitôt je me mis à gémir violement et gesticuler dans tous les sens. Mes genoux quittèrent la règle. Devant ce spectacle offert, Maîtresse était morte de rire.

«Frotte ton slip »

«Maîtresse, vous êtes une garce »

Accompagné d’un rire éclatant «Oui, tu sais que j’adore l’être »

 

Tout en frottant toutes les parties du slip je gémissais fortement et je faisais d’affreuses grimaces.

J’entendais Maitresse se moquer «  Merci poubelle de ce merveilleux spectacle que tu m’offres »

J’eus la force de lui dire «Merci beaucoup, Maîtresse, de votre rire éclatant, c’est également un très beau spectacle de vous voir rire.»

Je savais que les orties cueillies piquaient mais pas à ce point.

Une fois remis de nos émotions «remets tes genoux sur la règle »

«Maîtresse les pinces sur mes tétons commencent à faire de l’ effet »

«ha oui je les avais oubliés ceux là, accroche donc le poids de 300 grammes sur la petite chaîne »

Je mis donc le poids sur la chaîne et devant ma grimace Maîtresse s’exclama

«Parfait poubelle »

Naturellement l’ajout du poids accentua la douleur et étira mes tétons vers le bas dans le vide.

«Mains sur la tête et buste bien droit»

 

Le 1er ordre accentua la douleur de mes tétons et le 2ème celle de mes pauvres genoux.

Tandis que j’avais le feu partout dans mon slip Maîtresse se saisit de la leçon que j’allais devoir réciter devant Elle.

 

«je suis prête à écouter attentivement le récit de ta leçon, tu peux commencer. »

«Oui Maîtresse » malgré ma position et les douleurs un peu partout.

Elle me montra une petite cloche et me dit « À chaque fois que tu feras une erreur, je ferai retentir cette cloche»

Maîtresse avait pensé à tout.

«Je t’écoute poubelle»

Je me concentrais et je commençais à réciter. Dès la 2ème phrase Maîtresse agita la cloche.

« Idiot tu as oublié le mot «et » 5 coups supplémentaires »

«Merci Maîtresse »

Pour se souvenir des sanctions Maîtresse les marqua sur une feuille.

«Recommence poubelle »

Je savais maintenant que je devrai faire très attention car Maîtresse ne laisserait rien passer. Il est évident que dans la position où je me trouvais, me concentrer était difficile.

Et au milieu de mon récit..... la cloche retentit de nouveau.

«Tu as oublié 2 mots « zéro centime » je marque 10 coups supplémentaires. »

«Merci Maîtresse »

«Recommence et tâche de faire attention»

 Je me risquais à dire : «Maîtresse avant de recommencer à réciter ma leçon puis-je mettre les mains derrière mon dos, retirer les pinces et la règle? »

Je ne fus pas surpris de sa réaction ironique «  Et puis quoi encore???  »

Et de rajouter :

«Si je t’accorde ce que tu demandes en échange ce sera une ration de coups en plus. Attention si tu acceptes tu ne pourras pas revenir sur ta décision après mon verdict. Que décides-tu,poubelle? »

Je réfléchis avant de donner ma réponse. D’un côté Maîtresse pouvait se montrer très garce avec le nombre de coups en plus et de l’autre je serai dans une meilleure position pour réciter ma leçon.

«J’accepte votre verdict, Maîtresse »

«Très bien, tu peux donc retirer la règle et les pinces et mettre tes mains derrière ton dos »

«Merci, Maîtresse »  

En me levant pour retirer la règle je ranimais le feu dans mon slip. Je fis une grimace de douleur en enlevant les pinces.

«Voici mon verdict: 20 coups supplémentaires oui mais 20 coups pour chacune de tes demandes soit 60 coups. Je note tout de suite ce supplément »

«Merci Maîtresse »

«cela commence à faire un bon paquet de coups» me dit-Elle d’un ton narquois.

 A genoux devant Maîtresse :

 «Je t’écoute ”

Malheureusement pour moi la cloche retentit vivement très rapidement

«Tu n’es qu’un âne tu as oublié «  à apprendre par cœur » soit 4 mots.

Je note..... 30 coups supplémentaires »

Chipie Elle était… Elle prenait du plaisir à m’annoncer la sanction requise.

«Merci Maîtresse»

«Tu dois avoir soif, poubelle?  

«Oui, Maîtresse »

«Prends le grand verre sur la table»

Une fois le verre dans ma main

«Baisse ton slip et enlève les orties »

Je m’exécutais

«Pisse dans le verre »

Je remplis le verre en entier

«Et bien tu avais une grosse envie dis donc !!! » dit-Elle avec un beau sourire moqueur.

«Bois maintenant »

«Merci, Maîtresse »

Je bus tout le contenu lentement tout en regardant Maîtresse

«Ta boisson était-elle bonne»

«Délicieuse, Maîtresse »

«J’ai une bonne nouvelle à t’annoncer, poubelle»

«Laquelle Maîtresse »

«Puisque ton slip est baissé profites-en pour le remplir d’orties fraîches»

«Oh non pas cela, Maîtresse »

D’une voix très douce « Tu ne veux pas faire rire ta Maîtresse ??? »

Sans attendre ma réponse «très bien, je note 20 coups supplémentaires »

Afin que la ration ne soit pas doublée je m’empressais de dire

«Merci, Maîtresse »

«Mais de rien, poubelle »

Maîtresse s’amusait à me torturer l’esprit. Je dois avouer que je la trouvais parfaite dans son rôle

D’un ton sec « Dépêche toi de plonger ta main dans la glacière  sac à merde»

Mince… Elle ne renonçait pas à son plaisir. Cette fois je ne protestais pas car cela aurait été parfaitement inutile et je l’aurais mise en colère. En mettant ma main dans la glacière je me rendis compte que les orties n’avaient rien perdu de leur saveur. Comme la 1ère fois je remplissais délicatement toutes les parties de mon slip.

«Parfait poubelle, maintenant fais moi rire »

Je remontais brusquement mon slip et aussitôt Maîtresse éclata de rire en me voyant gémir et grimacer.

«merci poubelle de me faire rire, cela fait du bien »

«Même si j’ai le feu partout dans ma culotte, cela me plait de vous amuser Maitresse merci à Vous»

«Bon reprenons ta leçon, je t’écoute.»

Cette fois je me concentrais. J’appréhendais toujours que la cloche retentisse. J’arrivais presque à la fin.

J’allais réussir quand soudainement Maîtresse me déstabilisa en croisant et décroisant ses jolies jambes de la même façon que Sharon Stone dans Basic Instinct. Maîtresse ne portait pas de culotte ou peut être que si, je ne savais pas trop... Je fus tellement troublé que je me suis arrêté de réciter ma leçon.

«Que t’arrive t-il, poubelle? »

«Vous m’avez déconcentré en croisant et décroisant vos jolies jambes »

«Oui c'était mon but, poubelle, je suis fière de moi d’avoir réussi mon coup.

  Les hommes, vous êtes tellement »

 «Vous êtes une chipie, Maîtresse »

 « Oui c’est vrai  » «  Reprends la leçon où tu l’as quittée »

J’étais incapable de reprendre, je ne savais plus où j’en étais

 «Alors !!! J’attends et je n’ai pas que cela à faire …»

 « Je suis perdu, Maîtresse »

 « Dommage pour toi, poubelle, cela va te coûter 40 coups en plus »

 Maîtresse était sans pitié.

« Donc reprends depuis le début. C’est dommage tu avais presque fini »

À peine que j’avais recommencé  à réciter ma leçon depuis le début, Maîtresse agita fortement la cloche. Mince je m’étais encore trompé.

  « Tu n’as pas oublié quelque chose, poubelle !!! »

  « Je ne vois pas, Maîtresse »

  « Je t’annonce 40 coups et tu ne me dis pas merci Maîtresse !!!! »

  «Mince…. pardonnez moi, Maîtresse »

  « Tu connaissais la règle, je vais donc l’appliquer. Ce sera donc 80 coups au lieu de 40 »

 «Merci, Maîtresse »

 «Tu vois ce n’est pas compliqué de remercier ta Maîtresse !!! »

Maîtresse employait toujours une voix douce mais terriblement ironique. Elle était très excitante.

«Reprends, je t’ecoute »

Cette fois Maîtresse n’essaya pas de me déconcentrer et je récitais ma leçon jusqu’à la fin sans que la cloche retentisse. Ouf j’avais enfin réussi.

Tout en frappant dans ses mains «Bravo, poubelle»

«Merci, Maîtresse »

«Bon maintenant passons au feu d’artifices, je vais faire le décompte de tes sanctions »

Elle commença à énumérer ce qu’Elle avait marqué sur sa feuille.

«100 coups pour avoir levé les yeux sur moi sans mon autorisation, 10 coups pour avoir hésité à remonter ton slip avec les orties , 5 coups pour l’oubli du mot «  et », 10 coups pour l’oubli de 2 mots «  zéro centime », 60 coups pour l’autorisation de mettre les mains derrière ton dos, les retraits des pinces et de la règle, 30 coups pour l’oubli de « à apprendre par cœur»,et 80 coups pour avoir oublié de me dire merci soit un total de 295 que j’arrondis à 300»

«Merci, Maîtresse »

«Lève toi et enlève ton slip »

«Enlève les orties qui collent à ta peau »

«Très bien, maintenant décalotte ta queue » 

«Maintenant prends le fouet et fouette-la»

Après 3 coups «Je ne t’ai pas demandé de caresser ta queue mais de la fouetter, recommence.»  

«Voilà qui est nettement mieux, poubelle »

Après la morsure des orties mon sexe subissait celle du fouet. Il changea rapidement de couleur.

«20 coups cela suffit »

«Choisis une trique et 40 coups sur la fesse droite »

«Je te préviens si tu frappes mollement je rajouterai dès le 1er coup 50 coups »

Après le 1er coup  «Très bien ce coup mais retourne toi afin que je puisse apprécier le résultat »

Ouf ce n’était pas pour rajouter 50 coups. Une fois mes fesses bien visibles à Maîtresse je continuais  la sanction.  Au fil des coups je commençais à gémir.

Apres 40 coups « Parfait je suis satisfaite du résultat tu as déjà de très belles traces»

«Merci, Maîtresse »

«40 coups sur l’autre fesse, maintenant »

Après 30 coups «  Arrête de gémir, tu m’agaces»  

Au 40ème « Super tes fesses sont à égalité de belles marques.»

Je fus surpris par la réplique suivante.

«Bande toi les yeux »  

Je pris le foulard noir et je le mis sur mes yeux.

Je fus encore plus surpris par la réplique suivante

«Fais sortir le plug de sa cachette sans le faire tomber sur le sol »

Maîtresse allait pouvoir voir l’opération car mes fesses étaient tournées vers Elle. J’ai eu du mal à le faire sortir. Après une grosse poussée il sortit enfin. Je l’avais dans ma main.

«Montre le moi »

J’obtempérais.

Ayant les yeux cachés, je ne voyais pas si le plug était ressorti propre.

«Mets le dans ta gueule de chien »

«Tu as de la chance il est sorti de ton trou parfaitement propre »

Ce n’était pas un très gros plug mais suffisamment conséquent pour remplir ma bouche.

«Maintenant prend ton gros scotch gris très collant et mets le tout autour de ta tête »

Le sparadrap eu le mérite d’enfoncer un peu plus le plug dans ma bouche.

«Comment te sens-tu, poubelle? »

Je ne pus prononcer le moindre mot. Juste un son très étouffé.

 «Parfait, tu vas pouvoir continuer les sanctions sans que j’entende tes gérémiades.»

Maîtresse était parfaite dans l’humiliation.

«Prends une autre trique, 50 coups sur la cuisse droite»

«Est-ce que je peux enlever le foulard de mes yeux, Maîtresse ? ”

«Non, ce sera la surprise après de découvrir l’état de tes cuisses» 

«Allez dépêche toi »

Après le 1er coup «Super cette trique marque encore plus que la précédente »

Non seulement elle marquait plus selon les dires de Maîtresse mais elle était plus redoutable aussi au niveau de la douleur ressentie. Je ne ménageais pas mes coups afin d’offrir un beau spectacle à Maîtresse.

«Super résultat, l’intérieur de l’autre cuisse maintenant »

Avec la même vigueur les coups s’abattirent les uns après les autres en laissant sûrement de formidables traces.

 «Je me régale de te voir souffrir pour moi »

Après les 50 coups « Tu ne vas pas être déçu du joli résultat poubelle»

Maîtresse prenait un grand plaisir à me tourmenter.

«Et ce n’est pas fini, il reste encore 100 coups n’est ce pas poubelle? »

Je fis un signe positif de la tête.

«Ce sera donc 25 coups supplémentaires sur chaque fesse et sur chaque cuisse » «Garde cette trique, elle me plait bien»

Je m’exécutais avec la même force à chaque coup sachant très bien que j’aggravais l’état de mes fesses et de mes cuisses. Enfin le dernier coup arriva.

«Je suis contente de toi poubelle tu m’as offert un merveilleux spectacle. Tu peux libérer ta bouche et tes yeux »

Maîtresse éclata de rire à  nouveau en voyant ma réaction en découvrant l’état de mes cuisses.

«Tes fesses sont dans le même état «  et de rajouter d’une jolie voix douce mais ironique «  Tu n’es pas prêt de faire du cul nu sur les plages de ton Île .

«En effet, Maîtresse »

«Maintenant remets la règle sur le sol et ainsi que les pinces avec le poids sur tes tétons, agenouille toi sur la règle »

Très rapidement je fus dans la position ordonnée.

«Avant de te donner ta récompense, je vais te poser 2 questions »

«As tu aimé cette 1ère séance Webcam ? »

« Je n’ai pas aimé, Maîtresse, j’ai adoré. J’avais peur d’être déçu mais pas du tout. Vous avez été géniale. Vous m’avez transporté de surprises en surprises. Toutes merveilleuses. Seul votre parfum manquait par rapport aux séances que nous avons passé ensemble à Paris »

«Parfait cela me fait plaisir »

«As tu envie d’une journée entière suivie ? »

«Bien sûr, Maîtresse , la semaine prochaine ce sera possible car je serai seul chez moi »

«Très bien, nous allons organiser cela et tu ne seras pas déçu non plus » «

«Maintenant place à ton plaisir »

«Merci, divine Maîtresse »

«Pour cela tu vas rester à genoux sur la règle et gardez les pinces sur tes tétons «Oui Maîtresse »

«Branle ta queue devant moi sale chien puant »

Maîtresse m’excita fortement en me fixant de ses adorables yeux et en jouant avec sa langue sur sa bouche. Je jouis fortement.

«A quatre pattes lèche ton sperme et nettoie ce sol »

Une nouvelle fois je m’empressais de lui obéir.

D’une voix très douce

«A la semaine prochaine, poubelle….. »