Pensées matinales

 

Chaque matin Maitresse m’a ordonné de lui écrire quelques lignes pour penser à Elle pendant les vacances. 

J’ai pensé qu’Elle aimerait que ce soit poétique, voici le fruit de mes pensées :

 

« Le mensonge pour jouer avec le réel, la vérité pour admettre l’illusion »

 

« L’erreur est humaine la faute explicable la punition est délectable »

 

« La liberté de souffrir s’offre à la liberté de m’ignorer »

 

« Les vacances se terminent, la route s’éternise, la rentrée s‘achemine seulement il y a la promesse »

 

« Le loup a rodé, le cerf a bramé, la buse a plané, le soumis a rêvé »

 

« S ‘étendre pour s’attendre, s’épandre pour s’entendre, surprendre pour suspendre »

 

« Le chemin se raidit, le badine se dresse, les jours s’étirent, je suis en suspend »

 

« Le soleil glisse, le corps s’étire, le matin s’alanguit et le désir s’étend »

 

« Vouloir ne plus vouloir, désirer ne plus s’appartenir, Vous êtes ensorcelante à ma conscience »

 

« Glisser sur le temps et déraper à la minute de la sentence »

 

« Si pis est le mépris alors c’est à six pieds sous terre  que j’admire la chipie trônant en sa fulgurance »

 

« Chercher le verbe pour subir l’intense vérité des émois »

 

« S’émouvoir du rire en souvenir de se tenir droit »

 

« Idiote, pouf, salope, ma chienne… chacun de Vos honneurs me ramène à l’absolu de ma condition »

 

« L’égoïsme d’un soumis entache le dévouement de sa Maitresse. Faut-il le punir ? »

 

« Je succombe ligoté aux tourments de m’abandonner à la violence du désir »

 

« S’impatienter de son courrier, courir aux nouvelles pour se sentir attaché »

 

« Penser à se préparer, panser son humilité pour espérer être à la merci de la beauté »

 

« Le silence du matin inonde mon être comme le chant du rossignol »

 

« Regarder le temps pour s’approcher de l’instant fatal, du moment où ma peau s’abandonne »

 

« Chercher les mots pour trouver sa place et Vous contempler »

 

« Quand la fraicheur d’un matin glisse en moi c’est comme la douceur d’être à Vos pieds »

 

« L’idée de souffrir est d’une légèreté insoutenable d’être heureux »

 

« Le silence de Votre part est une forme de bonheur »

 

« Attaché à Votre liberté, rempli de Votre légèreté, agenouillé devant Votre droiture »

 

« Vous savoir arrivée, Vous espérer Chipie, envier chacun de Vos sujets, Vous souhaiter un séjour sublime »

 

« Chercher les mots, imaginer les phrases mais n’apercevoir que Votre visage »

 

« Se mettre au diapason, bien connaître la partition pour que Vous donniez le la »

 

« L’instant passé signe le moment présent de vouloir le temps futur »

 

« Le mutisme de la soumission succombe à l’ignorance de vos mots »

 

« Servir la grâce pour asservir la tristesse »

 

« Les larmes s’étirent dans la peur de l’oubli »

 

« Ecrire pour reconnaître ma solitude »

 

« Comment vouloir sans voue décevoir. »

 

« Je n’espère que la gloire d’être votre esclave. »

 

« Le mois passé, la semaine dernière, le jour d’avant sublime l’instant futur. »

 

Ce jour-là, Maitresse m’avait demandé d’aller changer la pile de sa montre.. :

 

« Etre excité comme une pile, se faire remonter les pendules, être pile à l’heure, attendre que l’heure tourne, Votre montre, elle, montre des signes de délivrance. »

 

« Des courbatures, du rouge sur le corps, des mamelons tendus et un souvenir intense . Merci Maitresse de me faire sentir votre présence. »

 

« Choisir ses jouets, ranger ses badines, poser ses tenues, préparer ses outils pour que vous veniez faire plier vos soumis. Le voyage démarre bientôt… »