3 jours 3 nuits, une éternité dans les ténèbres

Bonjour à tous les adorateurs (et futurs chiens) de ma jolie Maitresse.

Je vais vous conter notre dernière rencontre, elle se passe chez elle..... Chez elle, enfin si on peut dire!!!!

Début juillet, nous avons échangé ceci :

 

"Bonjour, Maîtresse. Je pars à la campagne du jeudi 21 juillet au samedi 6 aout. Les 9 premiers jours, je serai seul, ma compagne me rejoignant

le samedi 30 juillet. SI Maîtresse a besoin de son chien sam, elle pourra compter sur lui"

La campagne étant à 130 km de Paris, il m'était facile de m'y rendre à tout moment.

Je guettais mon portable pour sa réponse. Je n'ai pas attendu longtemps.

"Bonjour sale chien, as tu maigri depuis ta dernière venue en mai et es tu présentable? "

 Aussitôt :

"Pas beaucoup, Maîtresse, je mange toujours autant et je me laisse aller à un apéro tous les soirs. Seul, je n'ai pas cette volonté de faire attention à ma ligne."

 Quelques instants après :

"Très bien grosse merde, je vais donc être obligée de t'apprendre à faire attention. Débrouille toi pour être libre lundi 25 juillet à 6h pour 3 jours et 3 nuits."

"Que me préparez-vous, Maîtresse? "

 

Bien sûr, j'étais très content car j'allais pouvoir servir Maîtresse pendant 3 jours complets. Aussitôt, je consultais le guide de tourisme de Paris pour trouver une chambre pour dormir la nuit car je ne souhaitais pas faire l'aller-retour campagne Paris, chaque jour.

Après un long moment, Maîtresse m'envoya ce texto

"sac à merde, tu sauras ce qui t'attend, ce soir ou demain, en consultant notre messagerie sur ton ordinateur. "

J’étais tout excité et frustré de devoir patienter aussi longtemps… qu’est ce que Maitresse avait imaginé….

Je savais qu'il était inutile d'enquiquiner Maîtresse pour en savoir plus. J'allais devoir patienter jusqu'au soir.

 

Il ne fallait en aucun cas que ma compagne ne tombe dessus. 

Le soir vers 23h00, je consultais donc notre messagerie, très impatient de découvrir ce qui allait m'attendre fin juillet, mais je fus déçu, aucun nouveau message.

J’allais devoir attendre le lendemain et passer toute cette nuit à me poser des milliers de questions.

Nouvelle tentative le lendemain matin avec le même résultat.

A midi, je lui ai envoyé ce texto

"Bonjour Maîtresse, je ne sais toujours pas ce que vous me préparez pour ces 3 jours."

 Aussitôt :

"sam tu seras puni pour m'avoir dérangé à midi."

 

Suite à sa réponse, je savais que j'allais devoir patienter encore.

"Pardon, Maîtresse de vous avoir dérangé."

"Cela te coutera 50 coups de trique dès ton arrivée et ce sera doublé si tu me déranges encore. Tu n'as qu'à attendre patiemment."

Maîtresse venait de me prévenir et me mettre en garde.

Vers 17h, nouvelle tentative sur mon ordi et malheureusement, toujours rien mais je dois reconnaître qu'attendre est une douce torture.

Nouvelle tentative à 23h et …. Je le vis apparaitre. Je m'empressais de l’ouvrir, tellement excité.

" Voila sac à merde, ce qui t’attend….. Je veux que tu apprennes ce texte par cœur, je veux que tu t’en imprègnes, que tu comprennes bien ce qui va se passer, tu devras le réciter devant moi quand je te le demanderai.

Voici ce texte :

 

"Le moment tant attendu est arrivé.... L'enfermement, l'attente, l'ennui.... et dire que je l'ai rêvé, fantasmé, imaginé.... mais Maîtresse a imaginé tout autre chose.

Cela ne se passe jamais comme nous l'avions anticipé dans nos rêves ou cauchemars les plus fous. 

Je l'attendais et maintenant je le redoute.

Maîtresse sans ménagement, sans fioriture aucune m'a rangé dans sa cave pour .... 3 jours et 3 nuits... sans repère, sans heure, sans lumière.... juste avec quelques bouteilles d'eau.....une couverture.... dans sa cave humide, froide.

Je suis nu, perdu, seul, vraiment seul..... Maîtresse m'a dit qu'il y a des souris ou des rats, elle ne sait pas trop, de quoi me tenir compagnie.... Enfin si on peut dire....

Elle m'a enfermé sans aucun cérémonial et en même temps qu'attendais-je ? Passer un peu de temps avec Maîtresse, la regarder, m'imprégner de son image, son sourire moqueur, son regard, ses formes, des images pour me tenir compagnie... Et bien non, Maîtresse, la chipie m'a fichu au placard, au frais, dans ma géole .... 3 jours et 3 nuits.... une éternité....

Un plaisir, une délectation pour me remettre à ma place, parce ce que telle est ma place à ses cotés, je le sais. Cela fait 3 heures, 4 heures, 5 heures  qu'elle est partie, qu'elle m'a laissé, je ne sais pas, c'est déjà long. J'ai un nœud au ventre et en même temps, une excitation. Je vais me reposer, cela va m'occuper.... oui mais sur le sol de petits cailloux avec tout juste une couverture.... c'est dur, froid.... me reposer, je n'en suis plus si sûr. M'allonger, me relever, bouger mes jambes dans le noir le plus complet.... Je sais qu'elle va descendre une fois ou deux avec sa cloche. Je dois être attentif, lui répondre par un aboiement. Si je m'endors, elle va s'inquiéter et me réveiller, me battre pour l'avoir dérangée.

Je dois être irréprochable, attentif une fois ou deux, quel bonheur !!!!

Attendre pour entendre juste le son de sa cloche... savoir qu'elle est dans l'escalier, qu'elle m'interpelle et repart.... en attendant la prochaine...... 3 jours et 3 nuits, une éternité dans les ténèbres.... seul, mais seul avec Maîtresse qui ne va pas quitter mes pensées.... Je n'aurai qu’elle à penser, à sublimer, à adorer..... J'y suis, je m'endors, je rêve.... Le temps s'écoule lentement, tellement doucement.... Je suis perdu, perdu dans mes pensées mais c'est bon. J'ai perdu mes repères, je lui appartiens, je ne suis rien à ses yeux et c'est ce que j'aime. "

 

Plus j'étais entrain de lire ce texte et plus j'étais excité. Excité à l'idée de ce qui m'attendait. Maintenant c'était clair, je savais à quoi m'en tenir.

Plus besoin de chercher une chambre d'hôtel pour dormir les 3 nuits car Maîtresse m'en avait trouvé une. J’ai compris que Maîtresse avait trouvé le moyen de me faire perdre du poids.

Car en l'étudiant de plus près, elle me disait clairement que j'allais être mis à la diète totale pendant 3 jours et 3 nuits, juste avec quelques bouteilles d'eau. Maitresse avait écrit un texte magnifique que je lus et relus….

J'allais être dans le noir le plus complet sans aucune visite de Maîtresse sauf si elle me surprenait entrain de dormir quand elle descendrait avec sa cloche. L'ennui total m'était promis…..

 

Dans le passé, j'ai déjà été mis au frais dans sa cave servant de véritable cachot mais seulement 2 jours et 2 nuits avec quelques visites de Maîtresse pour s'occuper de moi afin de me divertir un peu, mais cette fois, je n'aurai pas de visite, mon portable me sera confisqué mais surtout, je ne saurai à aucun moment quelle heure il est. Plus je relisais le texte et plus cela m'excitait. Je ne pensais pas que Maîtresse serait allée jusque là.

Bien sûr, je savais aussi que Maitresse ferait attention à ce que tout se passe bien et que si la cloche sonnait s’était surtout pour s’assurer que j’allais bien. Je devais donc impérativement lui répondre par un aboiement lui signifiant que je me sentais bien.

 

Il était plus de 23h30.

Je pris tout de suite un petit cahier pour recopier et commencer à m’imprégner de l’essence de son texte.

Le sommeil me gagna peu et peu et je m’endormis …

 

Le lendemain, dès mon réveil, je me mis à penser à ce qui m'attendait fin juillet. Je me posais une question et j’en fis part de suite à Maitresse : " Bonjour Maîtresse, merci pour votre message. Vous avez été très imaginative. Je peux vous dire que j'étais très excité en le lisant. Mais Maitresse Allez-vous vraiment me faire subir ce traitement sans aucune pitié possible, allez-vous vraiment oser aller au bout de ce que vous avez écrit ? »

 

Quelques instants après (je savais que Maîtresse était disponible le matin de bonne heure. Elle se lève très tôt pour aller de bonne heure à sa salle de sport. Je dois dire que je jalouse sa pugnacité, moi qui suis incapable de me prendre en charge plus d’une semaine ou 2.

 

"Comment peux tu en douter sam. Oui, j'étais très inspirée à écrire ce texte, mais sache que tout ce qui est écrit n'est pas un fantasme… Effectivement tu vas connaître l'ennui à mourir, tu n'auras strictement rien à manger, tu seras dans le noir complet, apprends par cœur ce beau texte. "

 

J'étais toujours dans mon lit quand je reçus son long message. Je lui répondis de suite:

« Maîtresse, je suis excité comme une puce par votre réponse. Que se passera t-il si je ne suis pas capable de tenir un tel programme car je sais que vous ne faites jamais n'importe quoi au détriment de la santé de vos chiens.»

Aussitôt après.

" Tu recevras un message sur ton ordi prochainement pour le règlement de ce stage "

Encore une fois, j’allais donc être obligé de me montre patient. « J'ai hâte, Maîtresse, de découvrir ce règlement."

"Parfait, sam "

"Par contre, Maîtresse, il faut que ce règlement soit sur mon ordi avant mon départ à la campagne, le 21 juillet. Merci d'avance, Maîtresse »

Maitresse ne prit pas la peine de répondre.

 

Nous étions le 7 juillet, le stage  était prévu le 25 juillet.

J'espérai que Maîtresse ne me ferait pas trop attendre. Chaque midi et chaque soir, je consultais ma messagerie. Mais rien… rien….

Il faut reconnaître que l'attente fait partie du jeu, c'est très excitant. Et Maitresse adore jouer sur ce registre…

 

Les jours passèrent et pas le moindre signe de vie de Maîtresse. M'avait-elle oublié ? Je savais que je ne devais pas la déranger sous peine de sanction disciplinaire. Elle m'a déjà promis 50 coups de trique, je ne devais pas la réveiller au risque de lui rappeler cette sanction. Parfois Maîtresse oublie, alors.....

 

10 jours passèrent sans aucun message sur mon ordi. Je commençais à me demander si je ne devais pas faire un texto à Maîtresse.

Enfin le 18 juillet à midi, un nouveau message m'attendait. Malheureusement, je ne pouvais pas le lire de suite car je n'étais pas seul, j'ai dû attendre 23h00 pour le découvrir.

Je vous en livre le contenu.

Le message était intitulé: Règlement du stage de mon chien

 

1) sac à merde recevra dès son arrivée 50 coups de trique pour m'avoir dérangée.

 

2) Mon chien sera mis au cachot du lundi 25 juillet au jeudi matin dans la matinée soit 3 jours et 3 nuits.

 

3) Il sera privé de nourriture, il devra apporter 6 bouteilles d'eau, 2 vides pour uriner.

 

4) Il sera dans le noir complet sans aucune visite de sa Maîtresse. La seule communication sera la cloche que j’actionnerais, une fois ou deux par jour et à laquelle il devra répondre par un aboiement pour signaler que tout va bien.

Il préparera 5 enveloppes avec une amende dans chaque. S’il dort au son de la cloche, sa Maîtresse viendra le voir pour s'assurer que tout va bien. Elle lui administrera une correction en guise de réveil et repartira en prenant une enveloppe.

 

5) sac à merde étant à la diète, il préparera 3 autres enveloppes avec une autre amende. Chaque fois qu'il réclamera à manger, Maîtresse lui apportera un repas de chiens (croquettes), prendra une enveloppe pour acquitter celui-ci et recevra également une correction.

 

6) Hygiène: sac à merde devra rester propre pendant ces 3 jours et 3 nuits. Pour cela, il fera un lavement mais apportera tout de même un pot de chambre en fer avec fermeture en cas de besoin .....

1 brosse à dents, dentifrice, pastilles à la menthe, un gant, une serviette, 2 bouteilles d'eau pour se laver, un savon, parfum, papier toilettes, déodorant.

 

8) Maîtresse prendra toutes les affaires inutiles de son chien, vêtements et chaussures. Elle vérifiera avant de le laisser seul dans le noir complet qu'il n'a caché aucune nourriture, ni portable dissimulé et aucun moyen de connaitre l'heure.

Si Maîtresse s'aperçoit que sac à merde tente de dissimuler quelque chose, il recevra 200 coups ce trique le vendredi et une amende dissuasive.

 

9) le vendredi, mon chien devra réciter par cœur le beau texte de sa condition de détention devant sa Maîtresse.

 

Voilà, sam, je pense ne rien avoir oublié. J'espère que tu feras tout pour me plaire et que ce stage va t'apprendre à respecter ta silhouette en restant sur ta faim pendant 3 jours et 3 nuits.

Je serai fortement déçue si tu te montrais incapable d'une telle  restriction.

 

                                                                                                                                                Maîtresse

 

 

Et bien cette fois, Maîtresse avait tout prévu pour que le stage se passe bien, contrairement à ce qui c'était passé, il y a 3 ans.

Le lendemain à 6h00, je m'empressais de lui faire ce texto :

 

"Bonjour sublime Maîtresse, j'ai pris note du règlement, hier soir. Il est parfait, vous avez tout prévu pour que cela se passe bien. Je ferai de mon mieux pour ne pas vous déplaire cette fois.

Super, les idées d'amendes. Vous n'avez rien laissé au hasard. J'ai hâte d'être dans ma chambre noire afin que vous puissiez vous amuser avec votre cloche.»

 

Presque aussitôt

"Oui sam, faut croire que cette idée de jeu m’inspire… Moi aussi, j'ai hâte que tu sois à ma merci "

«Maîtresse, je suis très excité, puis-je me masturber un peu devant vous sur ma tablette? "

" Non, pendant 3 jours et 3 nuits, tu auras largement le temps pour le faire."

 

"Maîtresse, ce qui est paradoxale, c'est qu'en étant à 500 kms de vous, je peux vous voir sur votre galerie de photos alors que quand je serai seulement à 6 étages de vous, je ne pourrai pas vous voir du tout."

"Oui, cette situation m'amuse beaucoup."

"Maîtresse, vous êtes une vraie chipie"

 

Je n'ai pas insisté auprès de Maîtresse pour avoir l'autorisation de me masturber car je savais que Maîtresse ne revenait jamais sur ses décisions.

 

«Maîtresse, je vais partir demain matin de bonne heure à la campagne. Je vous préviendrai de mon départ et de mon arrivée."

 

Le mercredi soir, je préparai ma voiture.

 

jeudi 21 juillet 7h45

 

"Bonjour sublime Maîtresse, je pars à l'instant "

"Bonne route sam, sois prudent "

 

13h30

"Je suis arrivé à la campagne, Maîtresse "

 Cela faisait 3 mois que je n'étais pas venu dans ma maison de campagne. Naturellement, j'avais beaucoup de travail car à cette période de l'année, l'herbe pousse beaucoup.

Après mon installation, je me mis de suite au travail. Je n'avais pas de temps à perdre car lorsque ma compagne viendrait me rejoindre, il fallait que tout soit propre et comme je savais que la semaine suivante, je serai  fort occupé chez Maîtresse (enfin si on peut dire…) je ne devais pas perdre de temps et tondre.

 

Dimanche 24 juillet  7h45

 

" Bonjour, Maîtresse. A quelle heure précise, je dois être derrière votre porte, demain matin ?"

C'est seulement vers midi que je reçus ce texto

"6h pile, tu iras faire la balade de la chienne avant d’être mis à ta place. »

 

12h05

 "Très bien, Maîtresse, je ferai le nécessaire pour ne pas être en retard."

 

13h 05

"Parfait grosse merde "

 

Maîtresse avait retrouvé son côté humiliant.  

 

18h10

"Ce soir je veux que tu manges légèrement et tu te feras un lavement pour être propre pour demain. »

 

18h11

" Maîtresse pense toujours à tout. »

 

J'avais hâte d'être le lendemain. Le soir, je préparais toutes mes affaires à emporter. Je fis le lavement ordonné par Maîtresse. Je me suis couché à 23h30 pour une courte nuit.

A 2h30, le réveil sonna… un café et 3 biscottes.

 

A 3h15, je partais, je ne voulais surtout pas arriver en retard. En fait, je suis arrivé porte Champerret à 5h00.

Dès mon arrivée, je fis un texto à Maîtresse :

"Bonjour Maîtresse. Je suis arrivé au parking de la porte Champerret. Je suis très en avance, je vais attendre votre feu vert pour monter."

 

Je savais que Maîtresse dormait. Je me rendis dans son petit square avec mes affaires et j'attendis son message.

 

5h55

"Tu peux monter sam.

"Très bien, Maîtresse"

Au 6ème, Becky m'attendait.

J'eus à peine le temps de dire bonjour à maîtresse qu'elle me dit :

"Tu as 30 minutes.

 A 6h30 je remontais.

 Maîtresse était déjà habillée dans sa tenue de sport prête à partir à sa salle de sport.

"Nous descendons de suite pour te conduire dans ta géole."

Alors que je m'apprêtais à prendre l'ascenseur avec Maîtresse

"Ce n'est pas la place des chiens comme toi, prends l'escalier."

Ca commençait bien.... Très vite, nous nous trouvions devant la porte du cachot, Maîtresse l'ouvrit.

"Déshabille toi."

 

En moins de 20 secondes, je me retrouvais dans la tenue d'Eve.

"Je vais vérifier ce que tu as dans tes 2 sacs et gare à toi si je trouve quelque chose qui est interdit"

J'étais confiant car je savais que j'avais emporté juste ce qui était autorisé.

 Elle vérifia minutieusement les 2 sacs.

"C'est quoi ca ? "

"Un micro cassettes où j'ai enregistrés les 2 textes que je devrai réciter par cœur devant vous, vendredi "

 " Très bien cela te fera une occupation "  

" Merci, maîtresse "

" Et cela? "

"Un tube de somnifères pour les nuits et afin que je reste calme."

" Tu risques de dormir si je viens avec ma cloche."

"Je ferai attention, Maîtresse "

"Très bien sam, je ne vois rien de suspect, maintenant à  quatre pattes devant ta Maîtresse, et montre moi bien ton cul, chose promise, chose due "

Mince Maîtresse n'avait pas oublié.

"Tu sais ce que je veux dire, je suppose "

 Oh oui, Maîtresse, vous allez m'infligé 50 coups de trique pour vous avoir dérangé l'autre jour"

"Exactement sale merde, tu as tout compris"

Maîtresse se saisit d'une trique qui était accroché au mur du cachot

"Plus haut ton cul "

 

 A peine avoir obéi que le 1er coup vint s'écraser sur mes fesses

Maîtresse me cingla très fort et à toute volée. J'avais beau gigoté et pousser de petits cris de douleur, Maîtresse n'en avait cure.

Ma détention commençait par un feu d'artifices.

 Au 50ème coup

 "Cela t’apprendra à ne pas me déranger avec tes textos de merde inutiles "

"A présent, à genoux devant moi "

Tout en s'amusant avec mes tétons, elle me dit avec un sourire moqueur :

"Maintenant, sac à merde, tu vas pouvoir effectuer ton interminable pénitence. L'ennui, crois moi, tu vas savoir ce que cela veut dire. Tu n'auras rien à faire, juste à penser à Moi. Tu vas pouvoir te branler  à volonté et fantasmer sur ce qui t'attend vendredi. Tu vas connaître la faim. Et sois attentif au son de la cloche quand elle arrivera à tes oreilles»

" Oui, Maîtresse, je vais faire de mon mieux pour que vous n'ayez pas à vous déranger jusqu'au cachot "

 

" Maintenant, je te laisse une minute pour repérer où sont tes affaires dans le cachot. »

Je ne perdis pas de temps pour faire ce repérage.

"C'est fait, Maîtresse, j'ai tout repéré "

« Parfait, il me reste à te laisser tranquille avec les souris ou les rats et sûrement aussi quelques araignées pour te tenir compagnie "

"Merci, Maîtresse "

Il fallait toujours remercier Maîtresse même quand elle se moquait de moi.

"Sache que Maîtresse va bien s'amuser pendant que son chien va s'ennuyer à mourir et tirer sa langue quand il commencera à avoir faim."

 

Je m'empressais de me mettre à 4 pattes pour lui lécher ses chaussures de sport puis en se retirant et elle me dit :

"La porte est fermée à double tour, aucune chance de t'échapper, pauvre sam "

 

5 minutes après la lumière de la cave s'éteignit. Je pris soudain conscience que j'allais être dans le noir complet pendant 3 jours et 3 nuits.

Allais-je pouvoir tenir ? Je voulais tellement faire plaisir à Maîtresse, lui prouver que j'en étais capable. Quelle situation allait être la plu difficile?  L'ennui ou la faim ? La faim, je savais que si je n'étais pas capable de tenir, Maîtresse m'apporterait un repas, certes un repas de chien, mais un repas tout de même.

Si je lui réclamais à manger, cela me ferait une occasion momentanée de voir Maîtresse, certes je recevrais une raclée et elle prendrait une enveloppe prévue pour cela mais bon... Cela je le savais mais je ne voulais pas lui donner ce plaisir. Il fallait vraiment que je sois capable de résister à la faim pendant 3 jours et 3 nuits. Au fond de moi, je savais que j'en étais capable. Le temps commença à s'écouler lentement, très lentement. Je restais paisible en pensant à Maîtresse. Je m'étais bien imprégné de ses photos.

J'étais dans le noir mais je la voyais. Au bout d'un moment je me posais déjà la question de l'heure qu'il pouvait être. Je peux vous assurer que dans ce cas on perd vite ses repères.

J'étais vraiment entrain de vivre ce que le texte de Maîtresse disait. Puis vint le moment où je me levais pour dégourdir mes jambes et j'en profitais pour me masturber longuement.

Maîtresse était présente dans mes pensées. Je fis attention de ne pas jouir car je savais que plusieurs fois dans la journée j'allais prendre plaisir à me masturber pour m'occuper.

Je savais que Maîtresse allait venir avec sa cloche dans le haut de l'escalier, une ou 2 fois chaque jour. J'attendais cette 1ère visite avec impatience et espérais ne pas dormir quand elle viendrait.

Quelle heure pouvait-il être ? Peut-être 17h00, peut-être 14h00.

Je savais aussi que Maîtresse serait capable de ne pas venir du tout lors de cette 1ère journée. Je m'étais déjà endormi un peu mais je savais que Maîtresse n'était pas venue pendant mon sommeil car sinon elle serait venue ouvrir la porte du cachot pour m'infliger une correction.

 

Je buvais un peu, par petites gorgées mais pas tant que cela.

Il faut dire que s’il faisait chaud dehors, ma géole était fraiche.

 Soudainement, j'entendis un minuscule bruit de cloche. Je n'ai pas entendu la porte de la cave s'ouvrir.

 Aussitôt  " ouah ouah ouah "

 Je restais dans le noir complet car Maîtresse n'avait pas allumé la lumière du couloir de la cave. Maîtresse la chipie faisait un minimum de bruit pour mieux me surprendre.

Ainsi se passa sa 1ère visite. Je me dis que si elle n'actionnait pas plus fort sa cloche, je risquais plusieurs fois de manquer à mon devoir de chien.

Ensuite je me suis servi du microcassette pour continuer d’apprendre par cœur son beau texte afin de le réciter devant elle, le vendredi. C'était vraiment ma seule occupation.

Je me tournais souvent pour soulager mon dos, mes jambes car le sol de petits cailloux était vraiment dur.

Le temps passait, je me suis relevé pour me masturber une nouvelle fois.

Ensuite, je cherchais l'entonnoir pour uriner dans une bouteille vide. Je devais faire attention à tenir le bouchon de la bouteille dans mes mains pour ne pas renverser par la suite le contenu.

Curieusement, je ne pensais pas à manger.

J’étais perdu… Était-il 22h00 ou seulement 17h00?

 Sérieusement, je pensais qu'il était dans les environs de 22h00, mais je n'en savais rien. Maîtresse allait-elle venir une 2ème fois. Je voulais dormir un peu mais je devais attendre son 2ème passage en haut de l'escalier avec sa cloche, pas question que je prenne une dérouillée. Soudain je sentis quelque chose sur mon pied nu. Était-ce une araignée qui se promenait? Je ne voyais rien, je ne saurai le dire.

Enfin quelques minutes après, le 2ème coup de cloche retentit et tout de suite " ouah ouah ouah "

J'entendis Maitresse rire doucement, à la suite de mon aboiement.

Elle repartit aussitôt.

Ensuite, je me suis levé pour me masturber tellement sa brève visite m'avait excité.

Je pris ensuite mon petit somnifère car je savais que Maîtresse n'allait pas revenir. Elle est très disciplinée envers elle. Maîtresse se lève tôt et ne traine pas le soir pour se mettre au lit.

J'étais donc tranquille de ce côté là, aucun risque d'une mauvaise surprise. Le somnifère était plus un tranquillisant . Il devait être 23h00... enfin peut-être. Cela devait faire 16 heures que j'étais enfermé.

Je n'avais pas encore fait le tiers de ma pénitence. Je m'endormis en récitant le beau texte qui résumait bien ma condition. Je n'avais plus qu'à espérer que je serai réveillé le lendemain quand Maîtresse viendrait avec sa cloche.

Je dormais profondément quand soudainement la porte du cachot s'ouvrit.

J'étais en plein brouillard et tout de suite j'entendis

" Ah comme ca, grosse merde, tu dors quand je prends la peine de descendre avec ma cloche... "

 "A quatre pattes, je n'ai pas de temps à perdre "

Je lui posais cette question idiote " Quelle heure est-il Maîtresse? "

"Qu'importe l'heure qu'il est, tu ne dois pas dormir quand je viens prendre de tes nouvelles avec la cloche "

Les coups de triques commencèrent à pleuvoir sur mes fesses.

 C'est très difficile à supporter cette situation quand on ne s'y attend pas du tout.

 A la fin de la correction

"Voilà sam, cela t'apprendra à dormir quand je descends, je prends donc une enveloppe prévue pour ce genre de situation "

"Je te laisse, bonne nuit sam"

 "Bonne nuit, Maîtresse"

 Ce bonne nuit de Maîtresse eut au moins le mérite de me permettre de savoir que l'on était toujours lundi.

Maîtresse est vraiment imprévisible, le texte disait qu'elle descendrait une fois ou 2 par jour et en fait ce fut sa 3ème visite. Je m'en voulais de m'être endormi mais en même temps je ne pouvais pas prévoir les caprices de Maîtresse.

Elle devait être fière d'elle car elle avait réussi à me prendre à défaut. 5 minutes après son départ, la lumière que je devinais sous la porte disparut.

J'ai sûrement mis une heure avant de pouvoir me rendormir.

 Du fait du tranquillisant, ma nuit ne fut pas trop agitée. Je me suis levé une seule fois pour faire pipi dans la bouteille.

 

Mardi 26 juillet x heure

J'entendis le son de la cloche

"ouah, ouah, ouah " 

Il devait être 6h30 ou 9h30. J'étais réveillé depuis peu. Je pense qu'il était plutôt dans les environs de 6h30 car je n'entendais pas beaucoup le bruit des voitures. Maîtresse était sûrement descendue juste avant

d'aller à sa salle de sports comme elle le fait chaque matin. J'étais content qu'elle ne m'ait pas surpris entrain de dormir. J'entendis doucement la porte de la cave se refermer. Maîtresse était partie. Cela se passait exactement comme dans le texte."  Attendre pour entendre juste le son de sa cloche, savoir qu'elle est dans l'escalier, qu'elle m'interpelle et repart en attendant la prochaine. »

 

Je fis ma toilette tant bien que mal étant dans le noir complet. Je versais de l'eau dans la cuvette. Là encore je devais faire attention de ne pas la renverser sur ma couche afin que je ne sois pas obligé de me reposer sur un sol et une couverture mouillés. Je me lavais également les dents. J'étais satisfait de moi car Maîtresse pouvait venir, je sentais bon. Ceci dit, je savais qu'elle ne viendrait pas.

 

La 2ème journée commençait, je connaissais déjà son contenu. Ce serait ennui, ennui et encore ennui. Comment pouvait-il en être autrement. Heureusement à ma grande surprise, je n'avais toujours pas faim.

Je m'étais fait surprendre à dormir, je ne voulais pas  donner le plaisir à Maîtresse de m'apporter à manger..... Maîtresse n'aurait pas le plaisir de me fiche une raclée.

Je devais donc continuer à résister.

Comme la veille, je me suis levé de temps en temps pour me masturber en pensant à ma belle Maîtresse. Chaque fois que j'étais sur le point de jouir, je m'arrêtais.

 Cela m'occupait. En plus Maîtresse m'avait donné l'autorisation de le faire. C'était mieux que chez moi où je n'ai pas le droit de me masturber et encore moins de jouir sans son autorisation. Parfois, je reste

1 mois sans avoir droit à ce plaisir. Une fois j'ai même dû attendre 2 mois. C'est très frustrant mais en même temps excitant car c'est Maîtresse qui décide de ma vie sexuelle.

Je continuais  aussi d'apprendre par cœur le texte.

Heureusement que je l'avais enregistré sur mon microcassette car par moment j'avais de sérieux trous de mémoire.

A ce moment précis, j'étais encore incapable de le réciter sans me tromper.

Le temps passait doucement, tellement doucement (cela aussi était écrit).

 Je restais attentif à un éventuel bruit de cloche.

 Enfin, j'entendis la porte de la cave s'ouvrir mais la lumière s'alluma, ce qui me fit comprendre que ce n'était pas Maîtresse. En fait c'était le propriétaire de la cave voisine de mon cachot.

Je devais faire attention de ne pas faire de bruit. Parfois j'ai des crises d'éternuement, il ne fallait surtout pas que cela arrive à ce moment précis.

J'espérais aussi que Maîtresse ne vienne pas au même moment.

Ce visiteur imprévu m'a occupé l'esprit au moins 30 minutes.

Une fois parti et étant de nouveau dans le noir, je repris ma leçon à l'aide de mon microcassette. 

Quelle bonne idée j'avais eu pour le prendre avec moi. En plein récit, la cloche retentit.

"ouah, ouah, ouah "

De nouveau, j'entendis le rire de Maîtresse. C'était sa 2ème visite. Dans ma tête, je me suis dit " Et non, Maîtresse chipie, je ne dors pas "

Maîtresse ne faisait aucun bruit pour ouvrir la porte de la cave, par contre je l'entendais partir.

 

Bien sûr, toujours aucune idée de l'heure qu'il pouvait être. Sans doute dans les environs de 17h00, peut-être moins, peut-être plus. Maîtresse avait écrit que je serai perdu, sans repère, se doutait-elle d'avoir autant raison.

Mon estomac ne me tiraillait toujours pas. J'en étais sans doute à la moitié de mon séjour dans ce cachot. Le temps continuait de s'écouler lentement. Je récitais de nouveau ma leçon en continuant de me tromper…. De nouveau le propriétaire de la cave voisine se rendit dans la sienne.

Sans doute faisait-il du rangement. Heureusement, Maîtresse était venue pour la 2ème fois.

Que faisait-elle à présent ? Peut-être prenait-elle un bain de soleil sur son balcon ou partie à une séance de cinéma, peut-être aussi se faisait- elle masser par une jolie japonaise presque en face de chez elle, peut-être s'occupait-elle à rougir les fesses d'un chien comme moi. En tout cas contrairement à moi, elle ne s'ennuyait pas à mourir....

 

Je continuais de penser fortement à elle. Allait-elle revenir une 3ème fois pour avoir le loisir de s'amuser avec sa cloche.

Les heures continuèrent de passer sans que puisse exactement dire combien. De temps en temps, je me levais pour uriner.

Je me levais, me recouchais, allongeais mes jambes. J'avais juste l'espace pour les allonger, le reste du cachot étant réservé aux affaires de Maîtresse.

 

L'ennui devenait pesant. Au fond de moi même j'étais content car j'étais entrain de réussir ce que je redoutais ne pas pouvoir faire. Je savais que le 3ème jour serait plus facile à tenir sachant qu'après la nuit,

Maîtresse me laisserait partir. Ceci dit, j'avais encore au moins 30 heures à rester enfermer, peut-être plus.

Bizarrement mon estomac ne criait toujours pas famine, uniquement de l'eau plate de temps en temps.

 

Le plus difficile finalement était de perdre la notion du temps.

J'entendis la porte de la cave s'ouvrir, mais point de lumière. C'était Maîtresse, elle actionna franchement sa cloche

"ouah, ouah, ouah".

 Je prenais vraiment le réflexe d'un chien quand il entend un bruit. Aussitôt, la porte de la cave se referma. Une fois encore, Maîtresse repartait sans avoir à se déranger jusqu'à mon cachot. Maîtresse savait que j'allais bien.

Une fois repartie, je me suis levé pour me masturber à nouveau. Que c'était bon de le faire en pensant uniquement à Maîtresse. Comme la veille, le bruit des voitures se faisait de plus en plus rare.

Je commençais à m'endormir mais cette fois j'attendais encore un peu avant de prendre mon tranquillisant. Je le pris une fois seulement que j'étais certain que Maîtresse ne reviendrait pas une 4ème fois. Je dois dire que ce tranquillisant faisait vite son effet. Pourvu que je sois réveillé avant sa 1ère venue, le lendemain matin. Peut-être que Maîtresse dormait déjà profondément. J'aimerais, un jour, ou plutôt une nuit, être attaché au pied de son lit, je ne devrais pas dormir pour ne pas la réveiller par mes ronflements, quel bonheur ce serait!!!

Je quittais mes pensées en m'endormant sous l'effet du tranquillisant, espérant rêver de Maîtresse.

Mais une nouvelle fois je fus réveillé soudainement. Maîtresse m'avait encore surprise entrain de dormir.

" A quatre pattes, grosse merde "

 

" Décidément tu as du mal à rester éveillé le soir, tant pis pour toi "

Elle se saisit de la trique et m'infligea une nouvelle correction sur mes fesses. Une trentaine de coups s'abattirent à toute volée.

 

Cela fait terriblement mal quand on se prend une dérouillée alors qu'on est encore dans le brouillard

" Voilà, Maintenant tu peux te rendormir.

 " Merci, Maîtresse "

 Elle repartit aussitôt mais revint sur ses pas pour ouvrir de nouveau le cachot

"J'ai oublié de prendre une enveloppe pour le dérangement, bonne nuit sam "

"Bonne nuit, Maîtresse à vous aussi "

 Je me suis dis que Maîtresse ne respectait pas ce qu'elle avait écrit dans son joli texte à savoir de venir avec sa cloche une ou 2 fois par jour. Mais je sais depuis longtemps que Maîtresse fait ce qu'elle veut quand elle en a envie.

Heureusement que j'avais préparé  plusieurs enveloppes prévues pour cela. Il en restait 3. J'espérais pouvoir repartir avec.

Tout en étant en colère contre moi, Maîtresse devait être fière d'elle de m'avoir surpris une nouvelle fois entrain de dormir. Depuis le début de mon enfermement, c'était la 3ème correction que je recevais.

Mes fesses devaient déjà être fortement marquées. La nuit se passa tranquillement. De nouveau, j'espérais être réveillé avant sa 1ère visite de la 3ème journée.

Je me suis réveillé pour faire pipi sans savoir l'heure qu'il pouvait être. Ne retrouvant pas le sommeil, je me relançais dans ma leçon.

 Elle ne tarderait sûrement pas à venir car je commençais à entendre de plus en plus le bruit des voitures. En effet très peu de temps après, la cloche retentit.

"ouah, ouah, ouah "

Pas de chance, Maîtresse, vous ne m'aurez pas cette fois ci, me suis-je dit tout bas.

Cette 3ème journée se passa comme les 2 précédentes.

La seule différence c'est que je supportais de moins en moins d'être allongé sur le sol de petits cailloux.

 L'ennui commençait sérieusement à me peser. La seule satisfaction était que je puisse toujours me passer de manger. Cela ne me gênait nullement, comme quoi il est possible de s'abstenir quand on le veut. C'était une bonne leçon qui me profiterait dans l'avenir.

Je continuais de réciter ma leçon. Je me sentais capable maintenant de la réciter sans me tromper devant Maitresse.

Je me retournais souvent pour soulager mon dos.

Je n'eus aucune visite autre que celles de Maîtresse.

Je devenais véritablement un chien. Je continuais de me masturber de temps en temps, cela m'occupait.

Je me rends compte que je lui appartiens vraiment, je suis sa chose et cela me rend heureux De plus en plus je me disais que ma captivité allait se terminer.

Encore une fin d'après midi, une soirée et une dernière nuit avant de retrouver la couleur du ciel, le plein air frais. Je savais que Maîtresse serait fière de son chien.

 Le temps continuait de s'écouler toujours aussi lentement. Je m'attendais à avoir des maux de tête au bout du 3ème jour et bien pas du tout.

Pour la 4ème fois de la journée, j'aboyais fort. Maîtresse ne me prendrait pas à défaut ce jour. Sans doute était-elle un peu déçue. Bizarrement, la savoir contrariée, me réjouissait. Je n'avais plus qu'à faire attention à être réveillé quand elle viendrait me libérer le lendemain matin.

Je n'entendais presque plus le bruit des voitures dans la rue.

Je pris mon tranquillisant et m’endormis rapidement.

Soudainement une volée de coups de trique s'abattit sur le haut de mes cuisses et mes fesses. Cette fois ci, je n'avais même pas entendu Maîtresse ouvrir la porte du cachot. Croyez moi, un tel régime vous réveille rapidement.

Maîtresse était entrée, avait retiré ma couverture sans que je me réveille.

Tout en m'infligeant une nouvelle correction, Maîtresse me dit

"Encore une fois, je surprends cette grosse merde entrain de dormir, c'est incroyable !!! "

Les coups plurent à flot, je protégeais mes fesses du mieux possible mais cela n'empêchait pas Maîtresse. Elle frappait sur mes mains afin que je les enlève de mes fesses.

"Pitié, Maîtresse "

Elle continua à me déverser une dizaine de coups et me dit

"Pour t'apprendre, je crois que je vais te laisser au cachot un jour et une nuit en plus "

"Maîtresse fera ce qu'elle voudra "

"Oui comme toujours "

"Bon et bien cela me fait une enveloppe de plus "

Je la regardais prendre cette 3ème enveloppe. Je ne sais pas pourquoi mais cela m'excitait de la voir se servir"

"As tu faim, sam?"

"Oui mais j'attendrai de sortir pour pouvoir manger, Maîtresse "

"Très bien sac à merde, je suis contente de ta réponse "

"Je suis content que Maîtresse soit contente "

 Elle se retira en me disant

"Bonne nuit le chien, à demain matin ou peut-être demain soir ou carrément à vendredi matin, tu vas pouvoir méditer sur ce que je viens de te dire"

Maîtresse savait très bien faire sa petite garce de temps en temps. Elle venait de me dire que ma captivité ne se terminerait sûrement pas le jeudi matin comme prévu. Qu'allait-elle vraiment faire?

Me garder ou me libérer comme c'était prévu ?

Quelque temps après être partie, je m'endormis. La nuit passée, j'entendis  de nouveau la cloche.

"ouah, ouah, ouah "

A ma grande surprise , Maîtresse alluma la lumière. Je l'entendis s'approcher vers ma géole. Avant qu'elle ouvre la porte, je me mis à genoux, mains sur la tête.

Elle ouvrit la porte

"Parfait sam, je suis contente de ta position "

"Merci Maîtresse"

 "Comment se porte mon chien?"

"Je commence à avoir faim, Maîtresse "

"Et bien tu vas pouvoir manger dans quelques instants car je ne vais pas pouvoir te garder une journée et une nuit supplémentaire pourtant amplement méritées car je dois m'absenter toute la journée et je ne reviendrai que demain midi"

Elle ajouta "Et il n'est pas question que je te garde en captivité sans aucune surveillance"

 J'étais soulagé d'entendre cela de la bouche de Maîtresse. Je lui dis

"Maîtresse j'ai réussi à tenir 3 jours et 3 nuits et tout c'est très bien passé "

"Oui je te félicite sam, tu es un bon chien"

"merci Maîtresse "

Un compliment de maîtresse vaut tout l'or du monde. Elle était descendue avec mes affaires. En moins d'une minute je fus habillé.

"N'oublie pas que demain, je t'attends pour que tu me récites ta leçon et par la même occasion quelques coups te feront le plus grand bien. Et, je m'occuperai de tes tétons "

"Merci Maîtresse, vous êtes bonne avec moi "

"Oui je sais mais j'aime m'amuser avec tes tétons et comme tu adores cela, pourquoi je me priverai? "

" Quelle heure est-il, Maîtresse ? "

" 6h45, cela a dû te manquer de ne pas avoir l’heure."

"oui, Maîtresse "

 

" Bon dépêche toi de rassembler toutes tes affaires, je veux être à l heure à ma salle. »

"Oui maîtresse, je me dépêche "

"En saisissant le pot de chambre je lui dis qu'il n'avait pas servi.

Nous sommes sortis du hall de son immeuble ensemble et Maîtresse me dit :

 "A demain après-midi sam, je te fais un texto pour te donner l'heure.

 Elle me tendit sa main pour que je la baise.

 Elle s'en alla de son côté tandis que moi je me dirigeais vers la 1ère boulangerie. Que c'était bon de respirer le plein air. En sortant de la boulangerie, je dévorais un croissant et un pain au chocolat.

Il faisait beau, j'avais été privé de soleil pendant 3 jours. Je ne trainais pas dans Paris et retrouvais ma maison de campagne à 9h30. Je fis ce texto dès mon arrivée :

"Je suis de retour dans ma maison, Maîtresse. Je suis content que le stage se soit très bien passé. Etes vous satisfaite de votre chien, Maîtresse ? "

Presque aussitôt

"Oui sam, je suis fière de toi. Tu m'as beaucoup amusé avec tes aboiements au son de ma cloche, dommage pour toi et tes fesses, j'ai dû te corriger et prendre 3 enveloppes "

" En même temps, Maîtresse, ce fut une excitation de vous voir prendre les enveloppes"

 

13h35

"Je t'attends demain à 15h00, sam "

" Très bien Maîtresse. Mes fesses portent un gros souvenir de vos corrections "

"Voila ce qui arrive quand on dort pour accueillir Maîtresse. A demain grosse merde. "

A demain, Maîtresse "

 

Par ce texto, Maîtresse me rappela mon rang par rapport à elle.

La leçon, maintenant je la connaissais par cœur, il ne me restait plus qu'à la réciter devant Maîtresse, j'étais confiant.

 

Voilà soumis du royaume et futur soumis de Mademoiselle Angie, vous savez tout de ma détention qui a duré 3 jours et 3 nuits interminables.

Sachez que j'ai été incapable de réciter la leçon sans me tromper. Maîtresse  a pris une enveloppe et cela m'a valu 100 coups de trique. 15 jours après mes tétons étaient toujours très sensibles. Une nouvelle fois, Maîtresse a été merveilleuse.

Il me reste à vous dire à bientôt... enfin si Maîtresse ne me jette pas comme une merde.

 

                                                      sam