JB en visite chez Maitresse Angie

Tout va être différent aujourd’hui… Je me suis préparé, je l’avais rêvé à maintes reprises et mes Maitresses l’ont décidé pour moi : je vais passer 18h sous les ordres de Chipie.  

Elle ne peut pas venir alors c’est moi qui vais aller jusqu’à Elle, dans sa province du centre de la France : Moulins. 

Je prends le train bien avant l’heure de la convocation de Maitresse, et si Elle n’est pas physiquement là, Elle ne manque pas de m’envoyer quelques ordres m’enjoignant de me remplir de mon rosebud, mettre ma cage et retirer ma culotte afin d’être prête à ramper à ses pieds.

 

Mon train arrive, mon cœur bat la chamade… je décide de visiter cette ville moyen-ageuse où le décor rappelle tout de l'ambiance d'une vie de province paisible et pourtant je sais que je vais vivre une expérience nouvelle,  subir les assauts de mon éducatrice pendant une longue journée.

 

Quelle satisfaction pendant ma promenade de trouver un magnifique champ d'ortie, je sais que Maîtresse va pouvoir s'amuser.

Je reçois un texto me demandant de poser les pinces sur mes tétons alors que je suis sur la place principale de la ville. J’entre dans une boutique qui ressemble plus à un bazar et tout excité trouve un petit coin à l’abri des regards pour m’exécuter. J’ai les mains qui tremblent mais que c’est bon de savoir que je réponds instantanément aux ordres de ma Maitresse.

 

Il est midi, Maitresse m’ordonne de préparer l'appartement pour son arrivée, je sens que ma place de soumis va balancer entre une hypersensibilité de mon corps suite à ces 4 mois d'attente et du jeu de sensualité de Maîtresse Angie.

 

Se retrouver au pied de Chipie, c'est retrouver cette façon à Elle de marier la perfidie de la douleur avec la légèreté du désir. 

Lui faire plaisir avec des surprises lorsqu’Elle arrive : des orties fraichement cueillies lors de ma balade, une cagoule, des chocolats… Pour tout remerciement, Elle est heureuse de me dire qu'Elle va me faire plier de douleur suite à mon attitude si perverse et déraisonnée envers mon amoureuse.

 

Séance de torture, coups de badines multiples, tétons tournés malaxés dans tous les sens mais mon corps, cette fois-ci est timoré, douloureux et je vis chaque moment comme une immense torture…Je veux m’offrir à ses supplices, l’honorer mais j'ai tant de mal à supporter la douleur juste et unique de Maîtresse.

 

En guise de pause, Elle choisit d'être cette Femme inaccessible, faisant grandir mon désir à chaque instant… 

Elle prend soin de me mettre un bandeau sur les yeux pour me rendre aveugle à sa beauté, Elle me met un bâillon pour me contraindre au silence, en exigeant la plus grande attention afin que je lui masse les pieds et quelle puisse se détendre… je m’enhardis et doucement j’ose lui caresser les jambes, en ai-je le droit ? quelles en seront les conséquences ??

Il ne se passe rien alors je continue doucement, je l’imagine se laisser aller à cette volupté, à cette tentation des sens … mais en fait Maitresse est concentrée sur son écran d’ordinateur où Elle regarde une série ou autre chose... 

Je ne suis qu'un objet au service de son délice. 

Ces longs moments où je m'efforçais d'être sensuel, tenté par des baisers sur ses jambes et qu'elle Chipie, dans sa magnifique indifférence ne montre pas le moindre plaisir.  

 

Humiliation intense d'un moment de partage.

 

Nous avons aussi échangé et je suis heureux de sentir l'amour que j'ai pour mon amoureuse en étant au service de Maitresse Angie, tout en ressentant le besoin de la présence de mon Amoureuse de plus en plus fort, pendant chacun de ces instants d'éducation de soumis.

 

J'ai rêvé, j'ai fantasmé sur des situations à inventer, à créer entre Maitresse, mon amoureuse et moi, leur chose. 

Et pourtant j'acceptais tout ce qu'Elle m'imposait avec son rire sarcastique.

 

Il y a eu toutes ces choses si simples et si intenses comme une improvisation permanente de sa maîtrise, Elle me demande de danser devant Elle, nu avec mes pinces aux tétons qui m’empêchent de faire certains mouvements, je me donne en spectacle, je cherche à être créatif, à être désirant, à être non conventionnel….

 

Et puis cette balade dans les rues de Moulins où nous nous faisons découvrir chacun cette jolie petite ville pour terminer sur les bords de l’Allier, le cul dans les orties où dans sa grandeur, Elle m'a poussé pour que je m'affale dans ce parterre mordant, urticant qui me fera ressentir jusqu’au lendemain la morsure de ces plantes favorites…

L'instant où je dois préparer ma couche au pied du lit de Maitresse avec comme doudou le châle de mon amoureuse, et au moment où je m'endors Chipie qui me demande de venir s'occuper de délasser ses pieds, 

Et puis le lendemain matin, elle m'autorise à l'admirer nue à la sortie de sa douche pour avoir l'honneur de l'essuyer, tentation permanente d'être sujet à mon désir et de rester à ma place pour la Servir, être un simple serviteur pour sa Reine.

 

Et dans sa grande mansuétude, Elle me veut en spectacle assis au fond de la douche en train de me masturber pour me libérer de toute cette vénération du désir de servir la grandeur des Femmes. 

 

Je repars avec mon cul rougi, avec des picotements dans les doigts, avec ma nouille vidé, avec l'esprit déchargé de tant de pulsions et l'envie de pouvoir contenter pleinement mon amoureuse à chaque instant à venir.

 

jouet bertrand